Personne n'a encore compris l'importance géopolitique du pétrole américain !

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Pour Alexandre Mirlicourtois de Xefi, les États-Unis sont les nouveaux rois de l’or noir grâce à leur pétrole de schiste ! C’est un séisme dont l’onde de choc est encore mal mesurée. C’est ainsi qu’il va commencer sa vidéo (tout en bas de cet article).

Je vous invite à prendre quelques minutes pour la visionner quand vous le pourrez car c’est un sujet d’une importance fondamentale dans les changements majeurs du monde et je voulais partager avec vous quelques considérations et réflexions personnelles sur ce thème majeur. Incontournable (j’insiste lourdement).

J’avais il y a quelques mois consacré deux lettres stratégies à ce sujet. La première concernait les « guerres pour l’énergie ». La seconde, intitulée « Moins d’Empire et plus d’Amérique, comprendre la nouvelle stratégie de domination de Trump » allait plus loin dans le détail de la stratégie mise en œuvre par l’administration Trump pour la domination du monde !

Rien que ça mes amis, et ceux qui pensent que Trump ne fera pas de second mandat ou qu’il sera viré comme un malpropre prennent le risque de se tromper lourdement.

Lorsque Trump proclame « Make America Great Again »

Il faut entendre une promesse pour les Américains, pas pour le reste du monde, car si l’Amérique est grande, c’est aussi parce que nous, les autres, nous serons tous petits ! Trump est le président des Etats-Unis et son travail c’est d’assurer le leadership mondial de son pays. Ce n’est pas seulement une promesse de campagne ou un slogan creux comme le sont ceux de nos politiciens qui ici n’ont plus aucun pouvoir parce qu’ils n’ont plus aucune souveraineté (et vous comprendrez mieux j’espère que je n’ai rien contre l’Europe mais contre notre impuissance). Non, c’est un programme. Un programme qui répond à une stratégie, à des objectifs déclinés dans le temps. Il y a derrière cela une vision. Quelle nous plaise ou non, que nous la partagions ou pas, il y a la vision des États-Unis qui pensent leur puissance et leur domination là où nous raisonnons soumission et capitulation.

L’un des leviers importants utilisés est évidemment le pétrole américain et dans cette vidéo c’est ce que montre en partie Alexandre Mirlicourtois, qui cependant va passer à côté de l’essentiel et du plus important. La raison en est simple. Il regarde l’économie.

Ce qu’il dit sur l’économie est juste et pertinent et j’y reviendrai après. Mais, c’est oublier l’essentiel, et en économie, l’essentiel est invisible pour les économistes, parce que l’on ne voit bien… que par le prisme politique et géopolitique.

Lorsque les Etats-Unis deviennent les « patrons » sur le marché du pétrole cela évidemment devient un outil et une arme de domination. Ce n’est pas juste une croissance économique ou du PIB en plus. C’est une arme, utilisée comme une arme qui impacte chaque jour directement le fonctionnement de notre monde.

Casser les rotules des concurrents !

Pour être en position de domination totale sur le marché mondial du pétrole, il faut tordre la main des concurrents peu dociles. C’est le cas avec le Venezuela. Je sais, Chavez et Maduro sont des grands vilains et d’horribles méchants, mais ils ont aussi beaucoup de pétrole. Empêcher le Venezuela de vendre son pétrole (pour le moment) c’est permettre aux Etats-Unis de mieux dominer le marché du pétrole.

Empêcher l’Iran (pour le moment) de vendre son pétrole, c’est tordre la main d’un des grands producteurs mondiaux et donc permettre de renforcer la domination américaine.

Empêcher les Russes de faire ce qu’ils veulent avec leur gaz et leur pétrole, en imposant des sanctions économiques qui n’ont en réalité aucun sens, c’est permettre de renforcer la domination américaine sur ce marché pétrolier mondial, où désormais les Etats-Unis sont effectivement en mesure de faire… les prix !

L’une des composantes de la stratégie de domination américaine est donc l’énergie et sa maîtrise. L’Europe comme l’explique très bien Alexandre Mirlicourtois est très sensible à la hausse des prix du pétrole parce que nous n’en avons pas et que quand nous achetons notre litre d’essence plus cher, c’est autant de croissance en moins pour le reste de l’économie, alors que pour les Etats-Unis quand les prix montent, c’est de la croissance de PIB en plus… parce que c’est eux-mêmes qui produisent leur propre pétrole. Cela a pour conséquence de découpler les cycles de croissance entre les USA et… le continent européen ! Ce n’est pas rien, mais ce n’est pas rien par rapport à la géopolitique qui se met en place et par rapport aussi aux conséquences monétaires.

Pour vous le dire autrement, en exportant du pétrole, les Etats-Unis n’ont plus besoin du pétrodollar… le dollar EST le pétrodollar, nous sommes passés de la domination du marché par l’Arabie Saoudite, aux Emirats Etats-Unis ce qui fait de Trump, en réalité, le premier émir des Etats-Unis !

Les implications sont donc très, très importantes, et j’invite tous les abonnés à la lettre STRATEGIES à relire celle consacrée à « Moins d’Empire et plus d’Amérique, comprendre la nouvelle stratégie de domination de Trump » où je vous explique dans le détail tous les impacts politiques et monétaires de ce bouleversement majeur.

Dernière chose sur laquelle je voulais insister.

Etre les premiers !

Voici l’un des graphiques que vous pourrez voir dans la vidéo de Xerfi.

 

 

Regardez-le bien. Les Etats-Unis sont à nouveau les plus gros producteurs au monde après l’avoir été dans… les années 70 ! Ils auraient pu l’être avant. Ils ont préféré laisser faire les autres, en dominant le marché autrement et indirectement sans toucher à leurs propres réserves. Si les Etats-Unis ré-exploitent à nouveau leurs propres réserves stratégiques, c’est parce que la situation sur le front de la quantité disponible est grave. Très grave, et que la production de l’Arabie Saoudite chute et que dans moins de 10 ans, il n’y aura plus une goutte qui sortira de ce désert.

Vous pouvez enfin prévoir les deux prochaines « guerres » ou « conflits » à savoir entre les Etats-Unis et l’Iran, et les Etats-Unis et le Venezuela. Si nous ne savons pas exactement quelle forme cela prendra, nous savons avec certitude que ces deux pays devront se soumettre… ou se faire bombarder ! D’ailleurs, Washington vient de désigner les gardiens de la Révolution iranienne comme «organisation terroriste» comme vous pourrez le lire ici dans cet article du Figaro qui vous le confirmera… Vous les entendez les tambours de la guerre ?

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Article écrit par Charles Sannat pour Insolentiae


A découvrir

Charles Sannat

Charles SANNAT est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l'Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Economique d'AuCoffre.com en 2011.

Il rédige quotidiennement Insolentiae, son nouveau blog disponible à l'adresse http://insolentiae.com

Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.