La prime à la casse remporte un « véritable succès », selon Nicolas Hulot

1000 EUROS
Le montant de la prime est de 1 000 euros pour remplacer un véhicule
diesel d'avant 2001.

Lancée en début d'année, la prime à la conversion versée par les pouvoirs publics aux automobilistes qui remplacent leurs anciens véhicules connait un « véritable succès », se réjouit Nicolas Hulot.

Le ministre de la transition écologique avait dévoilé ce dispositif de « prime à la casse » à l'automne dernier. L'objectif est double : réduire les émissions de gaz à effet de serre et la pollution de l'air en retirant des routes les véhicules anciens qui polluent plus que les nouveaux modèles, ce qui permet au passage à l'automobiliste de réaliser de « vraies économies de carburant ». Les constructeurs automobiles développent des technologies toujours plus efficaces pour économiser l'utilisation de l'essence dans leurs voitures.

Retirer les véhicules polluants des routes

Le message a été bien reçu par les conducteurs. Le ministère a annoncé que sur les quatre premiers mois de l'année, 45 000 automobilistes avaient profité de cette aubaine pour remplacer leurs vieilles voitures. La prime est de 1 000 euros pour mettre au rebut les véhicules diesel antérieurs à 2001, et les véhicules à motorisation essence produits avant 1997. Le dispositif passe à 2 000 euros pour les ménages non-imposables (pour des véhicules diesel d'avant 2006). La prime permet aussi d'empocher 2 500 euros pour l'acquisition d'une voiture électrique.

70% de ménages modestes

Sur ces 45 000 automobilistes, 70% ont bénéficié de la prime destinée aux ménages modestes (celle dont le montant est de 2 000 euros). L'usage est donc élevé parmi les foyers non-imposables, qui profitent ici d'une aubaine intéressante, tout en profitant d'un véhicule plus récent et moins gourmand. Nicolas Hulot va d'ailleurs relancer le dispositif via une campagne de communication lancée ce samedi, visant à populariser un peu plus cette nouvelle prime à la casse.


A découvrir