Un accord commercial post-Brexit in extremis !

25  %
Les pêcheurs européens devront renoncer à 25% des prises dans les eaux
britanniques d'ici juin 2026.

L'accord commercial post-Brexit a été le miracle de Noël. L'Union européenne et le Royaume-Uni se sont mis d'accord in extremis sur leurs relations commerciales à compter du 1er janvier 2021. Désormais, c'est la course à l'adoption.

Divine surprise à la veille de Noël : Bruxelles et Londres ont annoncé un accord commercial post-Brexit ! Si le négociateur britannique David Frost s'est réjoui d'un accord parmi les plus vastes jamais conclus, Londres laisse sur le carreau son activité de services et notamment de services financiers. En revanche, le Royaume-Uni obtient un accès sans droits de douane ni quotas au marché unique européen (450 millions de consommateurs) pour ses marchandises. Le dossier épineux de la pêche, une activité économique pourtant modeste pour le pays, a fait l'objet d'âpres négociations. Finalement, un compromis a été trouvé : les pêcheurs européens vont devoir renoncer à 25% des prises dans les eaux britanniques au terme d'une période de transition jusqu'en juin 2026.

La surprise de Noël

Si les entreprises du Royaume-Uni pourront vendre leurs produits dans l'Union européenne sans friction, elles devront par contre respecter un certain nombre de règles en matière d'environnement, de fiscalité et de droit du travail. Londres ne pourra pas non plus distribuer généreusement des aides d'État : des engagements ont été pris dans ce sens par le gouvernement anglais. Malheureusement pour les étudiants, le Royaume-Uni a aussi annoncé l'abandon du programme Erasmus… Le texte, qui compte 1.246 pages sans compter les annexes et les notes explicatives, va être décortiqué par les États membres très rapidement, à partir de ce lundi. Une application provisoire va devoir être mise en place très rapidement, sachant que le Parlement européen ne pourra se saisir du dossier qu'au début de l'année prochaine.

Adoption rapide

Côté anglais, les députés vont raccourcir leurs vacances et se retrouver dès ce mercredi pour adopter le texte. L'opposition travailliste a déjà fait savoir qu'elle soutiendra l'accord. Cet accord n'est donc pas encore tout à fait ratifié, mais l'approche de la date limite devrait accélérer son adoption par tous les États membres de l'UE. Le Royaume-Uni a formellement quitté l'UE le 31 janvier 2020, mais le pays était dans une période de transition qui s'achèvera le 1er janvier 2021. Il était donc urgent de boucler un accord qui, même bancal, est plus intéressant pour les deux parties qu'un « no deal ».


A découvrir