Quelles solutions pour combler la pénurie de talents en cybersécurité ?

Comment le secteur cyber peut-il remédier durablement au manque de personnel formé et prêt à l’embauche ? Il s’agit là d’un problème épineux. Conséquence de la « Grande Démission » qui sévit depuis l’an dernier, la pénurie actuelle de professionnels de la cybersécurité continue de s’amplifier en France avec pas moins de 15 000 postes en cybersécurité en attente d’être pourvus.

Fabien Rech Headshot Colour (1)
Par Fabien Rech Modifié le 14 décembre 2022 à 8h55
Api Technologie Ssecurite Internet Entreprise Application
92%Pour 92% des professionnels la cybersécurité est un travail utile et stimulant.

Cette situation n’est pas sans créer des défis pour la sécurité des entreprises comme des instances gouvernementales, qu’elles soient locales ou nationales, comme le démontre une actualité toujours plus riche sur le front des cyberattaques. Ces attaques signalent certes un déficit de protection des organisations au niveau technologique mais il ne fait aucun doute que la pénurie de talents actuel participe à accentuer le problème : 83 % des professionnels français de la cybersécurité estiment en effet que la pénurie de main-d'œuvre dans leur secteur a un impact sur la capacité de leur organisation à sécuriser des systèmes d'information et des réseaux de plus en plus complexes. Plus inquiétant encore, près d'un tiers de la main-d'œuvre en cybersécurité actuelle envisage de changer de profession à l'avenir. Certaines solutions simples visant à élargir le bassin de main d’œuvre disponible sont toutefois à portée de main et méritent qu’on s’y intéresse.

Penser au-delà des diplômes : l’importance de la formation continue

Bien que la plupart des professionnels de la cybersécurité en France soient détenteurs d’une licence ou d’un diplôme de premier cycle, ils sont plus de la moitié à penser qu'un diplôme n’est pas forcément nécessaire pour faire carrière dans la cybersécurité.  Pourquoi en effet ne pas élargir le bassin de recrutement en s’ouvrant à des profils au bagage atypique et dépourvus d’expérience en cybersécurité ? L'apprentissage et la formation continue sont également des leviers précieux pour attirer et former efficacement des talents à un emploi dans la cybersécurité.  

Promouvoir une plus grande diversité au sein du secteur de la cybersécurité

Parmi les professionnels de la cybersécurité Français, la grande majorité reste des hommes, le plus souvent blancs. Presque l’intégralité d’entre eux s’accordent toutefois sur le fait qu’il faut aller plus loin et promouvoir une meilleure parité homme-femme ainsi qu’une plus grande diversité au sein des effectifs. Si la France reste le pays d’Europe où le pourcentage de femmes déclarant travailler en cybersécurité reste le plus élevé (29% contre 8% au Royaume-Uni), beaucoup d’efforts restent à faire pour que la cybersécurité s’impose comme un secteur plus représentatif de la population française. Encourager la diversité a fait ses preuves dans d’autres pays et en prenant en compte des candidats aux parcours et origines plus variés encore, le vivier de talents s’élargit, au bénéfice de notre industrie.

Proposer un travail qui a du sens

L’immense majorité des professionnels de la cybersécurité dans le monde entier trouvent leur travail motivant. Un récent sondage indique en effet que pour 92 % d’entre eux la cybersécurité est un travail utile et stimulant. Ils sont 94 % à estimer que leur rôle est plus important aujourd'hui qu'il ne l'a jamais été. Pourquoi ne pas faire mieux connaître ces aspects porteurs du secteur afin d’attirer des individus en quête de sens pour leur carrière ? Un simple hashtag comme « I Do #SoulfulWork », des portraits de professionnels et témoignages sont des outils puissants pouvant aider à faire naître des vocations, en convainquant la jeune génération que la cybersécurité peut être une profession sexy et bien rémunérée, loin de l’image du geek qu’on peut s’en faire.

En fin de compte, les défis quotidiens causés au sein des organisations par le manque de talents provoquent un épuisement des équipes de sécurité. Dans ce contexte, il n’est pas non plus possible de venir efficacement à bout des risques de cyberattaques, aux conséquences potentiellement dévastatrices, dont la fréquence est aujourd’hui en hausse constante. Pour remédier à la pénurie de talents actuelle, il faut œuvrer dès à présent à supprimer les barrières à l'entrée – qu’elles soient réelles ou simplement perçues – en plus d'inspirer. Faire la promotion de carrières inspirantes, motivantes et accessibles, c’est à court terme la garantie d’un recrutement efficace permettant de garder une longueur d'avance sur les cybercriminels.

Fabien Rech Headshot Colour (1)

Après un début de carrière en tant que chef de projet dans des structures informatiques, Fabien Rech crée sa société à 25 ans. Durant dix années, il noue des partenariats stratégiques au sein de l’écosystème de la cybersécurité. En 2008, il rejoint McAfee. Il dirigera l’activité commerciale de la filiale française puis occupera successivement les postes de Senior Directeur Europe du Sud en 2018 et de Vice-Président en 2020. En 2021, alors que l’entreprise réoriente sa stratégie, il est nommé Vice-President EMEA Grands Comptes et, plus récemment, Senior Vice-President EMEA de Trellix.

Aucun commentaire à «Quelles solutions pour combler la pénurie de talents en cybersécurité ?»

Laisser un commentaire

* Champs requis