L’éco-conception pour une mobilité durable

Le développement durable est désormais une priorité pour les organisations du monde entier. Dans le domaine des transports, la question de la réduction des émissions est depuis longtemps un terrain d’innovation, mais il devient aujourd’hui impératif d’adopter une approche globale, et de prendre des mesures bien plus poussées.

Alcatel100ans 257
Par Roch Muraine Modifié le 29 novembre 2022 à 9h21
Voiture Campagne Deplacements Mobilite Covoiturage
22%Le transport des poids lourds, y compris bus et cars, représente 22 % des émissions du secteur des transports.

C’est une bonne chose de se préoccuper des émissions, mais ce n'est pas le seul aspect de la mobilité qui peut (et doit) être rendu durable. En évaluant chaque étape des opérations de transport, il est possible de revoir toute son organisation et de s’orienter vers des processus durables, sûrs, efficaces et écologiques.

Concevoir une stratégie de développement durable à partir de zéro

La transformation numérique est un facteur essentiel pour parvenir à mettre en place des pratiques plus durables. Qu'il s'agisse de transport ferroviaire, aérien, portuaire ou encore des systèmes de transport intelligents (STI), il ne fait aucun doute que la technologie est désormais un pilier essentiel de chaque organisation. Cependant, ce n'est pas parce que l’on utilise la technologie que cette dernière est nécessairement efficace ou écologique. En gardant à l'esprit la question du bilan carbone, il nous faut réévaluer nos systèmes IT et OT, en proposant des transports écologiques dès leur conception.

Lorsque nous évaluons les émissions produites par les transports, nous faisons souvent l’erreur de ne prendre en compte que les émissions directes, celles qui sont émises lorsque nous prenons l’avion, le train, ou encore celles qui sont générées par le transport de marchandises. Ce ne sont pourtant pas les seules activités qui ont un impact sur l’environnement. Les émissions indirectes, qui se produisent lors de l'achat d'énergie avant, pendant et après le transport, contribuent tout autant à l'empreinte carbone totale de l’entreprise. Grâce à des systèmes IT et OT efficaces, l’empreinte carbone peut être réduite tout au long du processus.

Quand de nouvelles technologies arrivent sur le marché, il est tentant de les utiliser dans la foulée ; pourtant, il faudrait préalablement évaluer attentivement les objectifs que l’on compte atteindre en les utilisant. En général, ces derniers ne peuvent pas être réalisés en se contentant d’intégrer les dernières innovations disponibles, sans les mettre en lien avec les technologies déjà existantes. Pour œuvrer véritablement en faveur d'un avenir plus vert, il faut tenir compte des besoins spécifiques nécessaires à chaque étape et s’organiser de manière à être assisté de manière adaptée à chacune de ces étapes.

Rassembler les bonnes conditions pour développer des transports plus écologiques

Alors, à quoi ressemble une transformation numérique pensée de A à Z ?

Vers moins de matériel hardware

En vue d’une réorganisation en profondeur, il faut passer en revue le matériel utilisé et jauger de s’il est utilisé de manière optimale ou non, revoir les protocoles pour conserver les plus modernes et les plus simples à exécuter, et fusionner son réseau IT et OT pour obtenir une architecture réseau plus claire. Cet allègement du réseau est indispensable pour assurer la bonne connexion de tous les éléments entre eux, mais aussi réduire le facteur d’encombrement et faire des économies d’énergie.

Il faut ensuite examiner la possibilité de condenser les opérations. Il est par exemple possible d’envisager de réduire le nombre de dispositifs utilisés, et donc de gagner en espace. Plus les opérations sont efficientes et rationalisées, plus elles seront durables.

De la numérisation aux jumeaux numériques

La numérisation permet d’éliminer tout ce qui est inutile. Certains équipements ne sont plus requis matériellement, on peut alors se contenter d’utiliser des actifs virtuels pour être plus agile. Ce passage au numérique permet de supprimer les émissions émises lors de la fabrication de ces équipements, mais aussi la création de nouveaux déchets.

En outre, la création de jumeaux numériques pour les bateaux, les avions ou les trains permet d'économiser sur les coûts de maintenance, de prévoir leurs utilisations futures, mais aussi de faire des essais pour proposer des innovations et ainsi garder une longueur d’avance, tout en préservant l'environnement.

Mobilité durable : Vers un passage au Cloud

Pour assurer les sauvegardes, l’expansion des capacités et mettre en œuvre certaines applications non critiques, il est envisageable d’avoir recours au cloud. Une fois le transfert des données vers le cloud effectué, il devient plus facile d’ajouter et de supprimer des technologies, réduisant ainsi la quantité de matériel nécessaire et la consommation énergétique. C’est une bonne solution pour devenir plus flexible, et bénéficier d’une solution évolutive sur le long terme. De plus, il est possible d’opter pour un fournisseur de services cloud durable, pour s’assurer que ce sont bien des sources d’énergie renouvelables qui alimentent le data center.

L’attention portée au packaging

Chaque petit geste compte comme dans la légende du colibri, c’est pourquoi la question des emballages utilisés au cours du cycle de vie des différents produits de l’entreprise ne doit pas être mise au second plan. Bien sûr, si on considère un seul produit isolé, cela peut sembler dérisoire, mais une fois appliqué à l’ensemble de l’entreprise, le choix d’emballages plus écologiques représente une amélioration considérable en termes de durabilité. Dans la mesure du possible, les matériaux recyclables et recyclés doivent être privilégiés.

Le cheminement vers l’éco-conception

Les efforts à mettre en œuvre pour rendre les transports plus écologiques peuvent décourager lorsque l’on part de zéro. Pourtant, pour atteindre ses objectifs en matière de développement durable, la solution est de s’associer à un prestataire spécialiste de la transformation digitale pour pouvoir accéder à tout son écosystème, et en disposer librement pour réaliser ses objectifs de développement durable.

Bénéficier de cette expertise permet de réduire la pollution numérique, d'améliorer la gestion des déchets et de diminuer la consommation d'énergie sur l'ensemble de la chaîne de valeur, pour prendre les bonnes mesures et ainsi protéger notre avenir dès aujourd'hui.

Alcatel100ans 257

Roch Muraine dirige le secteur des transports pour Alcatel-Lucent Enterprise ; à ce titre, il supervise à l’international le marché ferroviaire, routier, aérien et maritime. Il a plus de 30 ans d'expérience sur les marchés de l'informatique, des réseaux et des télécommunications. Roch représente ALE auprès de l'UITP (Union Internationale des Transports Publics) et préside un groupe de travail sous l'égide du comité ITT (Technologie et Télécommunication).Diplômé de L'ESI Paris, Roch est titulaire d'un diplôme d'ingénieur en informatique et d'un Master en télécommunications délivré par Télecoms SudParis, école de l’Institut Mines-Télécom.

Laisser un commentaire

* Champs requis