Banque mondiale : La crise de l’emploi est planétaire (et il n’y a pas de solution magique)

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 13 décembre 2022 à 20h41

Certains vont blâmer le capitalisme, d'autres la mondialisation, d'autres encore l'automatisation du travail et certains même diront qu'il s'agit-là d'une punition divine pour nos pêchés... Mais cela ne changera rien à la chose : la crise de l'emploi est planétaire ; c'est la Banque Mondiale qui le dit, et ce n'est pas bon signe.

100 millions de chômeurs dans le monde... et une population qui augmente

Si la situation en France n'est vraiment pas rose en termes de chômage, en regardant la planète Terre dans son intégralité, il y a de quoi avoir peur : selon l'OCDE il y a 100 millions de chômeurs dans le monde.

Et ce n'est pas tout : 447 millions de personnes sont considérées comme « travailleurs pauvres » avec un revenu inférieur à 2 dollars (1,5 euro) par jour (en comparaison, un Français au SMIC touche 9,53 euros par heure).

Comme si ces données ne suffisaient pas à peindre une situation globale de l'emploi catastrophique, la Banque Mondiale a publié, à l'occasion de la rencontre interministérielle sur l'Emploi et le Travail du G20 qui s'est tenue en Australie, ses prévisions : il faudrait 600 millions d'emplois supplémentaires avant 2030 pour compenser l'augmentation de la population mondiale.

Et malheureusement, le constat est tragique : « Il n'y a pas de formule magique pour résoudre cette crise de l'emploi » a déclaré Nigel Twose, chargé de l'emploi senior à la Banque Mondiale.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.   Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Aucun commentaire à «Banque mondiale : La crise de l’emploi est planétaire (et il n’y a pas de solution magique)»

Laisser un commentaire

* Champs requis