Christine Lagarde mise en examen dans l’affaire Tapie

Photo Jean Baptiste Giraud
Par Jean-Baptiste Giraud Publié le 27 août 2014 à 9h55

C'est Christine Lagarde elle-même qui a annoncé la nouvelle : la Justice française l'a mise en examen pour "négligence" dans l'affaire Tapie.

La Cour de Justice de la République, seule compétente pour juger d'affaires concernant des ministres ou ancien ministres dans le cadre de leurs fonctions, reproche à l'ancienne ministre de l'Economie et des Finances d'avoir utilisé une procédure d'arbitrage pour trancher dans l'affaire qui opposait le Crédit Lyonnais à l'ancien homme d'affaires Bernard Tapie au sujet de la vente forcée d'Adidas. L'arbitrage avait reconnu le préjudice de Bernard Tapie et octroyé 400 millions d'euros de dommages et intérêts.

Les juges de la CJR soupçonnent l'ancienne ministre de l'Economie et des Finances d'avoir utilisé la procédure d'arbitrage en 2008, quelques mois après l'arrivée de Nicolas Sarkozy à l'Elysée, pour masquer un "deal" avec Bernard Tapie. Celui-ci avait apporté son soutien au candidat de l'UMP pendant la campagne présidentielle.

Christine Lagarde dispose, de par sa fonction de directrice générale du FMI, d'une immunité diplomatique, à laquelle elle a pourtant choisi elle-même de renoncer pour pouvoir se défendre. En mai 2013, la porte-parole du gouvernement d'alors, Najat-Vallaud-Belkacem, avant déclaré avoir "tendance à considérer" qu'en cas de mise en examen de Christine Lagarde, celle-ci se verrait "sans doute" demander par le FMI de quitter son poste.

Pour l'heure, il n'est pas prévu de réunion du conseil d'administration du FMI, seul à même de demander sa démission.

Frederic Legrand / Shutterstock.com

Photo Jean Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+, Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. Il a également été éditorialiste économique sur Sud Radio de 2016 à 2018. Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).

Laisser un commentaire

* Champs requis