AirBnb, mécontent de la loi, attaque la ville de San Francisco en justice

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 28 juin 2016 à 9h12
Airbnb Plainte San Francisco Mairie Loi Lutte Location Particuliers
25000 EUROSLouer son logement sur Airbnb plus de 4 mois par an sans régulariser la situation est passible d'une amende de 25 000 euros en France.

La lutte entre AirBnb et les mairies des villes dans lesquelles la start-up, spécialisée dans la location de courte durée entre particuliers, est présente continue. Cette fois, toutefois, la bataille, une nouvelle fois judiciaire, inverse les rôles. Ce n'est plus une mairie qui attaque frontalement la start-up mais la start-up qui attaque la mairie. Et pas n'importe quelle mairie : la mairie où elle est née.

Une loi qui oblige les propriétaires à se déclarer

Au début AirBnb aimait San Francisco comme San Francisco aimait AirBnb. Fondée en 2008 dans la ville de la côte ouest des Etats-Unis, les deux filaient le parfait amour. Mais San Francisco a aujourd'hui un problème, et pas n'importe lequel : les loyers sont devenus excessifs à cause de la proximité de la Silicon Valley.

Depuis 2010 les prix ne cessent d'augmenter et, selon la mairie de la ville, la location entre particuliers d'AirBnb y est pour quelque chose : au lieu de louer à l'année, les propriétaires préfèrent louer à la semaine créant une distorsion de marché et faisant artificiellement augmenter les prix des loyers devenus rares.

Pas étonnant que la Mairie de San Francisco tente de réduire le nombre d'annonces sur le site. Pour ce faire, elle a voté début juin 2016 à l'unanimité une nouvelle loi visant directement les plateformes de location entre particuliers. La ville réclame désormais que toute personne voulant louer son appartement se fasse connaître et paye 50 dollars. La paperasse, qui ne peut être compilée en ligne et doit être déposée en personne à la Mairie, a de quoi dissuader plus d'un potentiel bailleur.

AirBnb, mis à l'amende, contrattaque au tribunal

Autre détail qui n'a pas plu au site de locations entre particuliers : l'amende que lui a infligée la mairie de San Francisco. Le site doit vérifier que tous ses bailleurs soient bien inscrits à la mairie au moment de l'entrée en vigueur de la nouvelle loi, soit en juillet 2016.

Si ce n'est pas le cas, AirBnb risque une amende de 1 000 dollars pour chaque jour où une annonce postée par un propriétaire n'étant pas enregistré à la mairie apparaît sur le site. C'est donc à Airbnb de s'assurer de tout ça, ce qui lui cause des frais supplémentaires...

La start-up a donc décidé de consommer définitivement le divorce. Elle a attaqué lundi 27 juin 2016 San Francisco en justice afin d'annuler cette nouvelle loi. C'est une première pour le groupe mais ça pourrait être la première action en justice de ce type d'une longue série.

Si AirBnb est attaquée par les mairies européennes, dont Paris et Berlin, aux Etats-Unis le site ne se la coule pas douce non plus. Los Angeles a fait passer une loi contre la location à court terme tandis qu'à New-York un changement de réglementation est quasiment déjà prévu.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Laisser un commentaire

* Champs requis