L’alliance entre Boeing et Embraer n’aura pas lieu

Par Olivier Sancerre Modifié le 25 avril 2020 à 21h35
Boeing Embraer Negociations Fin 2
60 MILLIARDSBoeing a demandé une aide de 60 milliards de dollars au gouvernement américain.

Pas de répit pour Boeing, qui continue de subir déconvenues sur déceptions. L'avionneur américain a renoncé à la prise de contrôle des activités civiles du constructeur brésilien Embraer.

C'était la réponse de Boeing à la prise de contrôle par Airbus du moyen-courrier C-Series du groupe canadien Bombardier : l'acquisition de l'activité aviation civile d'Embraer, le troisième constructeur mondial du secteur. Mais alors que l'avionneur européen est parvenu à intégrer le C-Series dans son catalogue (devenu A220), le grand rival américain n'a pas pu aller au bout des négociations avec son partenaire brésilien. Dans un communiqué, Boeing annonce avoir exercé son droit de mettre fin aux discussions « dans la mesure où Embraer n'a pas satisfait les conditions nécessaires ». Les deux constructeurs auraient pu poursuivre les négociations, mais Boeing a décidé d'y mettre un terme sans préciser les raisons du blocage. Selon Marc Allen, responsable du partenariat, les deux entreprises avaient atteint un point où « continuer les négociations dans le cadre du protocole d'accord ne permettrait pas de résoudre les problèmes restants ».

Le projet tombe à l'eau au plus mauvais moment

Ce projet de coentreprise détenue à 80% par Boeing, dans laquelle Embraer versait son activité de fabrication d'avions commerciaux de 30 à 150 sièges, devait permettre au constructeur américain de concurrencer Airbus sur le secteur du moyen-courrier. L'entente avait obtenu le feu vert de tous les régulateurs internationaux, à l'exception de celui de la Commission européenne qui avait lancé une enquête approfondie sur le dossier. L'UE craignait que la concurrence dans le secteur de l'aviation commerciale ne se réduise avec la disparition d'un acteur majeur. Boeing ne précise pas si cette enquête a précipité la fin des négociations avec Embraer. Les deux entreprises demeurent partenaires dans la coentreprise qui gère le programme militaire C-390.

Coronavirus et 737 MAX cloué au sol

Comme l'ensemble du secteur aérien, Boeing subit la crise du coronavirus de plein fouet. Les transporteurs ont arrêté quasiment toute activité, repoussant ou annulant leurs commandes d'avions. L'avionneur a demandé l'aide du gouvernement américain : 60 milliards de dollars pour lui et ses sous-traitants. Mais Boeing doit en plus faire face aux déboires du 737 MAX. L'avion vedette au catalogue du constructeur est cloué au sol depuis plus d'un an en raison de deux accidents qui ont causé la mort de 346 morts.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.