Ras-le-bol fiscal : les commerçants d’Amiens mettent des cercueils dans leurs vitrines

Cropped Favicon 1.png
Par Jean-Baptiste Le Roux Publié le 6 février 2014 à 16h26

Les commerçants amiénois semblent en avoir assez de la pression fiscale que le gouvernement exerce sur les entreprises. Alors que le pacte de responsabilité semble mettre du temps à se lancer, ces chefs de PME/TPE ont rappelé ce jeudi au gouvernement quels sont les priorités : baisser les charges des entreprises.

"Ceci est l'avenir des commerçants fusillé par les taxes" peut-on lire ce jeudi, sur les cercueils installés dans les devantures des boutiques d'Amiens. Une initiative lancée par un restaurateur de la ville, qui a imaginé cette idée après avoir reçu fin novembre la déclaration d'imposition liée à la taxe CFE qui a augmenté, selon lui, de 350 %. D'après ce commerçant, ses charges seraient passées en quelques années de 45 à 70 % de son chiffre d'affaires.

Une règlementation fiscale adaptée aux entreprises du CAC 40 et imposée aux petites patrons

Certains des commerçants de la ville souhaiteraient embaucher, mais ne le peuvent pas en raison des charges trop importantes auxquelles ils sont soumis. Pour Sébastien Horemans, président de la CGPME de Picardie, interrogé par le Courrier Picard, le gouvernement se trompe de cible. "La règlementation est adaptée aux entreprises du CAC 40, absolument pas aux petites entreprises" déclare-t-il ce jeudi dans les colonnes du journal local.

La CFE, fixée librement par les élus locaux

Au sujet de la CFE, il estime qu'"en France, on supprime quelque chose pour faire une chose encore plus compliquée". "La CFE est fixée quasi librement par les élus qui ont décidé, de droite comme de gauche, de tripler cette taxe, sans se poser aucune question sur l'impact d'une telle mesure sur la vie des petites entreprises qui créent pourtant 85 % des emplois sur les territoires".

La communauté d'agglomération d'Amiens va rembourser ses commerçants

Bonne nouvelle cependant, l'exaspération des commerçants semble avoir porté ses fruits car la communauté d'agglomération d'Amiens métropole a décidé de restituer aux patrons amiénois la somme de 259 euros, à condition qu'ils justifient d'un chiffre d'affaires inférieur à 250 000 euros pour l'année 2013. Ces derniers attendent toutefois avec impatience la mise en place du pacte de responsabilité annoncé par le chef de l'Etat...

Lire également : 40 % des Français approuvent le pacte de responsabilité de François Hollande

Cropped Favicon 1.png

Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame où il anime des matinales et l'émission Parole d'Evêque. Il a travaillé pour Jalons, Causeur et Valeurs Actuelles avec Basile de Koch avant de rejoindre Economie Matin, à sa création, en mai 2012. Il est diplômé de l'Institut européen de journalisme et membre de l'Association des Journalistes de Défense. 

Laisser un commentaire

* Champs requis