Les grandes banques cherchent une porte de sortie alors que les Européens continuent de mettre leur argent de côté

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Katharina Luth Publié le 8 avril 2022 à 15h27
Epargne 2020 Livret A Ldds 2
2,25 MILLIARDS €La capitalisation des livrets défiscalisés a été de 2,25 milliards d'euros en 2021.

Les banques européennes facturent des frais, proposent des taux d'intérêt négatifs, lorsque la réglementation le permet, et suppriment parfois complètement les offres de dépôt à terme.

Mais les épargnants, marqués par la stagflation et l'incertitude, ont besoin que leur argent travaille plus que jamais. Les épargnant-consommateurs continuent de déposer leur argent, ce qui crée un "goulot d'étranglement systémique".

Inondées par la sur-épargne générée par la pandémie des Européens, ainsi que par les fonds de relance des gouvernements ou des banques centrales, la plupart des grandes banques européennes ont cessé en 2021 de proposer des dépôts à terme. En effet, il est devenu presque impossible pour les clients de la banque de détail de trouver les produits les plus populaires, à savoir les dépôts à 6 mois, 1 an et 2 ans dans les plus grandes institutions du continent. Quant aux comptes sur livret, la solution a été de baisser leur rémunération.

Mais les épargnant-consommateurs européens continuent de privilégier l'épargne. Les données les plus récentes de la Banque centrale européenne (BCE) montrent qu'après une brève flambée des dépenses à la fin de l'été 2021, les consommateurs européens se sont pour la plupart remis à épargner : en octobre, les flux d'épargne ont augmenté par rapport au mois précédent de 65 % en Espagne, de 160 % en Belgique, de 223 % en Allemagne et de 760 % en Italie.

Parmi les principales économies de la zone euro, seule la France a vu son niveau d’épargne se réduire en octobre. Cette tendance s’est d’ailleurs prolongée sur la fin d’année 2021 avec une décollecte nette des livrets réglementés. Cependant à la vue des derniers chiffres publiés par la Caisse des Dépôts et Consignation, l'épargnant-consommateur français privilégie à nouveau l’épargne.

A Janvier 2022 (source: Banque de France), les €1.788 milliards d’épargne bancaire des ménages et des Institutions Sans But Lucratif au Service des Ménages (ISBSM) se répartissent de la manière suivante:

  • Encours des dépôts à vue: €628 milliards, soit 35% de l’épargne bancaire

  • Livret d’épargne: €796 milliards, soit 45%

  • Dépôts à terme: €364 milliards, soit 20%

Quel que soit le type d’épargne bancaire, ils n’ont cessé de croître, plus de 62% en moyenne alors que la population française n’a augmenté que de 3.9% sur les 10 dernières années.

Cette croissance des encours est inégale. Effectivement celui des dépôts à terme est très faible comparativement aux dépôts à vue et aux comptes sur livrets. Les dépôts à vue rattrapent leur retard sur les livrets d’épargne, avec plus d’un doublement des encours sur les 10 dernières années (+120%). Peut-être que le plafonnement des livrets réglementés (Livret A, LDDS, LEP etc) joue un rôle.

La pandémie a accéléré ce phénomène, mais elle n’explique pas tout. En effet, elle s’inscrit dans une tendance à long terme d’accumulation d’épargne. Une note de la Banque de France publiée le 03 mars 2022, « L’impact de la crise du covid-19 sur la situation financière des entreprises et des ménages en Janvier 2022 » estime un surplus d’épargne financière des ménages de €175 milliards en 2021, après avoir été de €115 milliards en 2020.

Le Covid-19 a renforcé l'amour que portent les Européens à l'épargne, mais ils pourraient le faire de manière plus stratégique

Comme ils ont moins de possibilités de faire fructifier leurs épargnes dans les banques, les épargnant-consommateurs peuvent choisir de conserver leurs liquidités autrement, comme l'expliquait Andreas Wiethölter dans notre dernière édition : « Même dans un environnement de taux bas, l'épargne joue un rôle essentiel dans la sécurité financière des gens. Les dépôts sont la seule classe d'actifs où les clients ont une garantie sur leur capital. Lorsqu'ils sont judicieusement diversifiés, ils offrent un niveau de flexibilité plus élevé que la plupart des investissements. La pandémie a démontré que nous devons être préparés à un certain degré de volatilité et à l'inattendu de manière plus générale, ce qui inclut la capacité d'accéder à une partie de notre argent.»

ANALYSE DE RAISIN : COMPARAISONS

Comparaison des 3 plus grandes banques aux 3 meilleures offres du marché

L'écart entre les meilleures offres et celles des plus grandes banques domestiques, semble amorcer un élargissement timide.

Notes : Certaines des grandes banques sélectionnées ne proposent ni un dépôt à terme d'un an ni un compte avec un bonus d'intérêt après 365 jours sans retrait. Leur taux d'intérêt est fixé à 0,0 % pour le calcul afin de représenter l'absence d'offre. Sur les marchés où nous n'avons trouvé que deux offres de dépôts à terme d'un an, la moyenne est calculée avec ces deux seules valeurs.

  • Depuis le mois dernier, toutes les meilleures offres du marché européen ont stagné ou augmenté, notamment en Pologne (+0,734%), au Royaume-Uni (+0,21%), en Allemagne (+0,20%), au Portugal (+0,1%), aux Pays-Bas (+0,083%) et en Suède (+0,067%).

  • La Norvège, la Pologne, la Suède et le Royaume-Uni se distinguent par rapport à la zone euro avec les meilleures offres du marché, tous supérieurs à 1,2%. Un tableau bien contrasté aux pays de la zone euro qui se situent en dessous de la barre des 1%.

  • Les plus grandes banques norvégiennes continuent à se distinguer en offrant des taux bien plus élevés d’en moyenne 0,733%.

  • Quant à la France, les meilleurs taux offerts sur le marché restent inchangés depuis février, mais ont enregistré une légère augmentation de 3 points de base depuis décembre 2021.

  • La liste de banques qui n’offrent désormais plus de dépôts à terme à 1 an s’allonge et cette absence d’offre est représentée dans le tableau par un 0%. L’Autriche, dont les 3 plus grandes banques offraient 0,021% le mois précédent, vient maintenant s'ajouter à la liste.

  • Les écarts les plus importants entre les plus grandes banques et les meilleures offres du marché ont été enregistrés hors de la zone euro, seule l’Italie fait figure d’exception avec un écart de 0,784%. En France, cet écart a légèrement augmenté depuis décembre 2021.

Meilleures offres à 1 an et à 3 ans

Comparaison des termes : deux tendances depuis décembre 2021, d’une part une hausse générale des taux que cela soit à court ou à moyen terme, mais d’autre part la courbe a shifté parallèlement. Le spread entre les taux à moyen terme et ceux à court terme ne s’est pas particulièrement élargi. En d’autres termes, les taux à 3 ans ont augmenté d’un même nombre de points de base (ou très légèrement supérieur) à ceux des taux offerts à 1 an.

Globalement, l'écart de taux entre le 1 an et le 3 ans est resté stable entre 2 et 52 points de base en fonction des pays. La France est le marché qui offre l’écart le plus important, pouvant motiver des épargnants à privilégier des investissements à moyen terme plutôt qu’à court terme.

  • Dans toute la zone euro, on note une remontée des taux, aussi bien pour les dépôts à terme à 1 an qu'à 3 ans. Ceux-ci avaient en grande majorité baissé le mois dernier, excepté pour la France et le Royaume-Uni.

  • Les pays hors de la zone euro (Pologne, Royaume-Uni, Norvège, Suède) se démarquent dans leurs comportements à 1 an et à 3 ans.

  • L’Allemagne a enregistré une augmentation significative de 23 points de base sur les offres à 1 an et de 45 points de base sur les offres à 3 ans depuis le mois dernier. Ils sont à leur taux le plus haut depuis notre analyse de février 2021.

  • La France affiche des taux dans les deux catégories inchangées depuis le mois dernier. Cependant, la moyenne des trois meilleures offres à 3 ans à augmentée de 12 points de base depuis décembre dernier, soit le niveau le plus haut depuis avril 2021.

  • De plus, la France continue à présenter l'écart le plus grand entre ses meilleures offres à 1 an et à 3 ans.

  • La Pologne, à l’autre extrémité du spectre, affiche un taux à 1 an supérieur à son taux à 3 ans. Nous avions noté la même tendance auparavant avec l’Espagne.

Remarque: Si cette tendance générale à la hausse se maintient, il peut être judicieux pour l'épargnant-consommateur de privilégier une épargne à moyen terme. Cependant dans une perspective de hausse de taux à cause de l’inflation, il peut être plus intéressant d’adopter une stratégie d'échelonnement.

Nous assistons depuis des années à un changement sur le marché de l'épargne. L'écart entre l'inflation et le taux d'intérêt des dépôts de la BCE est le plus important observé depuis sa création, avec une différence de 6,3% à fin février 2022. Pourtant, de nombreux Européens épargnent plus que jamais. Une situation explosive pour tous. D'innombrables banques ne proposent plus de dépôts à terme compte tenu de la surliquidité. Pourtant, même dans un contexte de taux d'intérêt bas, les dépôts d'épargne jouent un rôle indispensable pour la sécurité financière des individus.

En effet, ils constituent la seule classe d'actifs dont le capital est protégé par la garantie des dépôts. La pandémie et le conflit Ukrainien ont toutefois démontré que nous devons être préparés à nous confronter à un degré de volatilité et d'incertitude. Lorsqu'ils investissent, les épargnants-consommateurs devraient ainsi prendre en considération des produits d'épargne bancaire, tels que les comptes sur livret, qui offrent une certaine liquidité à tout moment et accès à leur épargne.

Aussi, les épargnants européens ressentent désormais les contrecoups très tangibles de la crise, et sont conscients qu'un long chemin les attend.

Alors que les gouvernements et les institutions financières traversent un environnement post-pandémique, il sera utile pour les épargnants de s'informer sur les changements de politique à venir, dont notamment ceux qui risquent d'être annoncés lors de la prochaine réunion de la BCE le 14 avril. Dans ce contexte, il est primordial de faire jouer la concurrence à travers les différents types d'établissements bancaires.

Les sources des recherches

Allemagne: Deutsche Bank, Commerzbank, HypoVereinsbank – biallo.de

Autriche: Erste Bank, Raiffeisenlandesbank Oberösterreich, Bawag – biallo.at

Belgique: ING Belgium, KBC, Belfius Bank – spaargids.be

Espagne: Santander, BBVA, Caixabank – tucapital.es

France: BNP Paribas, Crédit Mutuel, Societe Generale – francetransactions

Irlande: Bank of Ireland, Allied Irish Banks, Ulster Bank – ccpc.ie

Italie: UniCredit, Banca Monte dei Paschi di Siena, Mediobanca – confrontaconti.it

Norvège: DNB, Danske, Nordea – finansportalen.no

Pays-Bas: RaboBank, ING, ABN – geld.nl, spaarrente.nl

Pologne: PKO Bank Polski, Bank Pekao, mBank – oprocentowanie.pl

Portugal: Novo Banco, BPI, BCP – comparaja.pt

Royaume-Uni: HSBC, Barclays, RBS – which.co.uk

Suède: Nordea, SEB, Svenska Handelsbanken – finansportalen.se

Collecte mensuelle février 2022, Caisse des Dépôts et Consignations, 22 mars 2022

Dépôts des ménages, Banque de France

Stratégie d'échelonnement de votre épargne, Raisin

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Managing director de Raisin

Aucun commentaire à «Les grandes banques cherchent une porte de sortie alors que les Européens continuent de mettre leur argent de côté»

Laisser un commentaire

* Champs requis