Quand l’ex-roi des Belges se plaint de son nouveau train de vie

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Laure De Charette Modifié le 8 novembre 2013 à 2h10

Avec seulement 923 000 euros par an, il n'arrive plus à boucler ses fins de mois. L'ancien roi de Belgique Albert II, qui a abdiqué en juillet dernier pour laisser le trône à son fils aîné, Philippe, a lancé un vibrant appel à certains ministres belges : la "dotation" de plus de 900 000 euros que lui verse l'Etat ne suffit pas à assurer son train de vie, comme le raconte le correspondant du Monde à Bruxelles.

L'ex-roi a un ras-le-bol fiscal

D'autant qu'il doit désormais, comme les citoyens belges lambda, payer la TVA, des taxes, mais aussi des impôts –grand Dieu !-. Résultat, l'Etat lui reprend 200 000 euros (soit en fait seulement 22%) !

Reste que le Royaume finance les salaires de ses gardes du corps et de la « dizaine » de personnes à son service.

Il faut dire que les propriétés qu'il possède sur la Côte d'Azur, à Paris et à Rome ont des coûts d'entretien très élevés, et que le carburant de son yacht coute très cher !

Le roi est très déprimé

Blague à part, l'ancien roi serait « déprimé », selon une journaliste du quotidien belge Le Soir, du traitement que la nation lui réserve après vingt ans de bons et royaux services.

La population comprendra-t-elle l'amertume et le désarroi de son ex tête couronnée, partie en retraite de son plein gré ? Le Premier ministre acceptera-t-il que soit prise à la charge de l'Etat une partie de ses dépenses personnelles ? Pas sûr. Il a déclaré que le gouvernement n'avait pas l'intention de verser un euro de plus à l'ex-roi. C'est la crise pour tout le monde !

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique. Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.

Aucun commentaire à «Quand l’ex-roi des Belges se plaint de son nouveau train de vie»

Laisser un commentaire

* Champs requis