De la dynamite, 150 ans après ?

Par Antoine Michon Publié le 12 mars 2021 à 14h18
Revolution Peuple Danger Pouvoir Police Economie Argent
248 MILLIARDS €Le déficit public a été de 248 milliards d'euros en 2020.

Déjà à Versailles …

Bien évidemment, peu de commentaires en ce triste anniversaire de la défaite de la guerre Franco-prussienne dite de 1870, et qui se solde par un Armistice le 26 janvier 1871 ! Bismarck, grand gagnant, va pousser le bouchon encore plus loin : la guerre avait uni tous les territoires allemands sous l'autorité de la couronne prussienne, dans le combat contre l'agresseur français. Le roi de Prusse fut proclamé empereur, le 18 janvier 1871, dans la galerie des Glaces du château de Versailles. La politique de Bismarck avait triomphé. Bismarck aurait choisi Versailles en représailles de la décision de Louis XIV de mettre à sac le Palatinat43.

Encore Versailles…

Très vite, les conditions de vie des parisiens et de la Garde Nationale, sous occupation de l’armée prussienne, se dégradent et la faiblesse du gouvernement issu de l’abdication de l’empereur Napoléon III, est de plus en plus manifeste ; une domination par les députés de la monarchie exaspère Paris et très violemment, la mèche de la dynamite s’enflamme :

  • déception face à la défaite, et des 121.000 morts pour rien,

  • l’hostilité vis-à-vis de l’Assemblée récemment élue, à majorité monarchiste

  • ainsi que certaines mesures prises par celle-ci ou par le gouvernement renforcèrent un climat d’agitation, à Paris, au sein de la Garde nationale et des milieux populaires.

Une insurrection éclata à Montmartre, le 18 mars 1871, alors que des troupes régulières essayaient, sur ordre du gouvernement, de saisir des canons de la Garde nationale. Une autorité insurrectionnelle se mit en place : la Commune de Paris. Avec l'accord tacite des Prussiens, elle fut combattue puis écrasée lors de la « Semaine sanglante » - 21 au 28 mai 1871- par le gouvernement investi par l'Assemblée nationale. Ce gouvernement présidé par Adolphe Thiers, chef du pouvoir exécutif, s’était déjà replié à Versailles depuis le 18 mars 1871 ! Déjà Versailles, il y a seulement 150 ans !

Encore Versailles …en mars 2021 ?

Oui, 150 ans après la Commune, les 3 bâtons de dynamite sont à nouveau réunis :

  • une « défaite » économique face aux conséquences de la « Guerre » du COVID !

Au moins 82.000 morts COVID, et au minimum 500.000 chômeurs attendus avec la fin des mécanismes d’aide et de chômage partiel…un déficit public de 248 milliards d’euros, du jamais vu à plus de 11,3% du PIB ! Un endettement de la France à 120% du PIB ou 2650 milliards d’euros !

  • des mesures coercitives, couvre-feu, confinement, fermeture de tous les lieux types restaurants, bars, cinémas, théâtres, musées, festivals… et de nouveaux serrages de vis pour certaines villes…

  • un gouvernement et des députés, jugés faibles, sans vision de l’avenir, et exaspérants les citoyens,

Alors ? N’attendons pas que notre souverain se réfugie à Versailles, à la Lanterne, …écrivons notre exaspération et transmettons-la à nos députés ! Bibliographie à la LIBRAIRIE ANTOINE à Versailles !

Antoine Michon est co-fondateur l'Association Mezzocredit dont l'objet est de fournir des microcrédits professionnels (entre 8 000 et 25 000 euros) et l'accompagnement professionnel aux micro-entrepreneurs solidaires. Il est l'auteur d'un ouvrage de vulgarisation économique et budgétaire : "La faillite de la France - les chiffres ramenés à l'échelle de nos budgets personnels" aux Editions Maxima. Avant il a travaillé comme chargé d'affaires PME au sein de la Banque BGFI (Libreville-Gabon), puis chez INTESA-Banca commerciale Italiana, puis chez CIC-Banque Scalbert Dupont (Lille-France) comme Responsable crédit, puis à la Caisse d'Epargne de Flandre (Roubaix-France) comme membre du Comité de Direction.

Aucun commentaire à «De la dynamite, 150 ans après ?»

Laisser un commentaire

* Champs requis