Malus au poids et aux émissions, péages… une voiture va coûter cher en 2022

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 30 décembre 2021 à 9h40
Automobile France Juillet 2021 2
2,5%La Banque de France s'attend à une inflation de 2,5% en 2022.

Les ménages français doivent déjà faire face à une inflation attendue à un niveau élevée, entre 2,5% et 2,7% en 2022, ainsi qu’aux augmentations de prix dans tous les secteurs à cause de pénuries massives et de hausse de prix de l’énergie. Et à cela s’ajoutent des augmentations concernant les voitures… qui ne sont pas causées par la situation macroéconomique, seulement aux décisions gouvernementales.

Les malus auto : plus nombreux et plus élevés

Acheter une nouvelle voiture en 2022 va coûter plus cher : outre les pénuries de composants, qui font grimper les prix et retarder les livraisons, ce sont les malus appliqués par le gouvernement qui augmentent. Le malus écologique, notamment, voit en 2022 son seuil de déclenchement être baissé : il s’appliquera dès que le véhicule émet plus de 128 grammes de CO2 par kilomètre, contre 133 grammes en 2021. Au niveau du déclenchement, le surcoût pour l’acheteur est de 50 euros seulement, mais il peut atteindre des records : 40.000 euros au maximum pour les voitures émettant plus de 233 g/km de CO2 (50.000 euros en 2023).

Mais c’est surtout avec un nouveau malus que les Français vont devoir composer lors du choix de leur nouvelle voiture : celui au poids, qui cible particulièrement les SUV. Il se déclenche dès que le véhicule pèse plus de 1.800 kilos et coûte 10 euros par kilo supplémentaire.

Le prix des péages va augmenter

Comme chaque année, sauf lorsque le gouvernement décide de geler les tarifs (et de réaliser un rattrapage par la suite), les autoroutes verront, le 1er février 2022, leur prix augmenter. Une hausse qui devrait être, pour une fois, conforme à l’inflation en 2021 : 2% en moyenne, avec de fortes disparités selon les tronçons.

Et une autre augmentation est attendue, et ne pourrait pas être évitée : celle des primes des assurances auto. Des hausses qui devraient toutefois être relativement basses par rapport à l’inflation mais qui vont s’ajouter à l’ensemble des augmentations qui pèsent sur le budget des ménages et réduisent leur pouvoir d’achat.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Laisser un commentaire

* Champs requis