Automobile : la baisse des ventes est liée au pouvoir d’achat en berne

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Daniel Moinier Modifié le 7 janvier 2014 à 1h47

POURQUOI ?

= Pouvoir d'achat en baisse

L'automobile est un des rares produits (industriels), malgré son prix dont l'achat réagit très rapidement au niveau du porte monnaie. Contrairement au réfrigérateur, aspirateur... C'est un besoin, souvent un coup de coeur mais sans argent pas de possibilité, même si l'envie est là. D'où vieillissement du parc, sachant qu'aussi, les moteurs, les voitures vieillissent mieux qu'auparavant.

Il suffit que la durée de première détention diminue de 6 mois pour qu'une relance des ventes soit forte.

Le marché ne sachant plus réagir, compte tenu des charges, impôts actuels, seul le Gouvernement peut lui , augmenter de suite le pouvoir d'achat :

COMMENT ?

En passant une seule loi : Rétablir les 40 heures. notre gouvernement en a-t-il la possibilité ou l’audace compte tenu de l’idéologie lié à cet horaire. Et du combat lié à ce sujet, contre l’ancien Gouvernement. Rappelez-vous les 35 heures de Martine Aubry, pour la répartissons du travail pour tous. (qui n’a jamais fonctionné, au contraire)

Et oui, 40 heures, c’est de suite pour un salarié, 13% de plus d'argent en fin de mois. (199€ de plus par mois sur la fiche paie pour une personne au Smic).

C’est également, 13% d’encours en plus pour les banques, d’où possibilités de prêts plus faciles.

C'est aussi, une forte diminution du chômage, donc des acheteurs potentiels en plus.

C’est la seule solution rapide pour augmenter la richesse nationale, relever le niveau de la France par le bas et revenir vers l’équilibre des comptes

Proposition très réaliste et sociale à la fois. Il ne faut pas oublier ce que nos amis Sociaux démocrates du Nord ont comme maxime :

+ DE TRAVAIL = + DE SOCIAL FINANCÉ

Passer à 39h, puis à 35 heures ne sont pas des mesures sociales, ce sont des modifications liées au travail. Car :

TRAVAILLER + c’est DÉPENSER MIEUX

C’est donc, plus écologique puisque une possibilité d’acheter moins de low-cost, plus français. Et qui dit payer un peu plus cher, dit meilleure marge pour les entreprises, égal meilleurs résultats, égal plus de rentrées pour l’état, égal plus d’embauches…et donc une croissance revenue, le moral des français aussi.

Fini notre position du pays le plus pessimiste du monde. Le rêve, non, la réalité possible à court terme.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Daniel Moinier a travaillé 11 années chez Pechiney International, 16 années en recrutement chez BIS en France et Belgique, puis 28 ans comme chasseur de têtes, dont 17 années à son compte, au sein de son Cabinet D.M.C.Il est aussi l'auteur de six ouvrages, dont "En finir avec ce chômage", "La Crise, une Chance pour la Croissance et le Pouvoir d'achat", "L'Europe et surtout la France, malades de leurs "Vieux"". Et le dernier “Pourquoi la France est en déficit depuis 1975, Analyse-Solutions” chez Edilivre.

Laisser un commentaire

* Champs requis