La facture des 100 000 places en crèche s’élèvera à 2,2 milliards d’euros

Cropped Favicon 1.png
Par Jean-Baptiste Le Roux Publié le 3 juin 2013 à 16h09

Economie Matin vous l'annonçait ce lundi (lire ici), c'est finalement la modulation du quotient familial qui a été choisie par le gouvernement comme mesure phare de la réforme de la politique sociale.

Exit donc l'abaissement des allocations familiales pour les ménages les plus aisés. Pourtant, il ne faudrait pas croire que la modulation de ce quotient familial fera moins grogner les ménages, qui après les hausses d'impôts, se retrouvent à nouveau dans une position de vache à lait. Et pour compenser cet énervement, Jean-Marc Ayrault souhaite créer 100 000 places en crèche de plus d'ici 2017.

Mais cet investissement a un coût. En bref, 2,2 milliards d'euros. Un plan qui prévoit également de relancer l'activité du bâtiment. Le gouvernement imagine donc faire d'une pierre deux coups même si la relance du secteur BTP n'est pas l'objectif principal de la mesure.

Une mesure qui demande également de l'espace et du temps. On estime environ qu'une place en crèche correspond à 10 voire 12 mètres carré. Les 100 000 places promises reviennent donc à construire 1, voire 1,2 million de mètres carré. De plus la création d'une crèche ne se fait pas sur les plans d'un immeuble ou d'un appartement. Il faut compter plusieurs points d'eaux pour les bébés, ainsi qu'une grande cuisine et trois espaces distincts en fonction des âges.

Or 1 mètre carré coûterait environ 2 200 euros en moyenne. D'où une facture salée de 2,2 milliards d'euros. Enfin, ce projet prendra du temps et il ne faudra pas moins de 5 ans pour espérer tenir les délais. Il faut en effet compter environ 15 mois pour la construction d'une crèche. Le gouvernement n'est pas sorti des layettes...

Cropped Favicon 1.png

Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame où il anime des matinales et l'émission Parole d'Evêque. Il a travaillé pour Jalons, Causeur et Valeurs Actuelles avec Basile de Koch avant de rejoindre Economie Matin, à sa création, en mai 2012. Il est diplômé de l'Institut européen de journalisme et membre de l'Association des Journalistes de Défense.