La consommation en baisse de 1,2 % au premier trimestre 2014

Photo Jean Baptiste Giraud
Par Jean-Baptiste Giraud Publié le 2 mai 2014 à 5h12

C'est le genre de statistiques qui donnent à la fois une bonne, et une mauvaise nouvelle. Mauvaise, car lorsque la consommation se contracte dans un pays dont le modèle de croissance est basé en premier lieu sur la consommation des ménages - la France, quand celle-ci baisse, c'est un signal inquiétant.

Mais c'est aussi une bonne nouvelle parce que dans le même temps, la croissance justement n'a pas semblé trop en souffrir. Sur le premier trimestre, la Banque de France a prévu une croissance de 0,2 %, pour, une année estimée à 1 %. Nous sommes encore dans les clous des prévisions du gouvernement. Une bonne nouvelle aussi parce que la baisse de la consommation des ménages est pour une partie significative liée à la baisse de consommation de gaz et d'électricité, des dépenses normalement contraintes, dépendantes de la météo. Mais quand l'hiver est doux et que les factures de gaz ou d'électricité sont plus légères, c'est du pouvoir d'achat de restitué. Seulement voilà : si la mesure de la baisse de consommation d'énergie est rapide - les compagnies communiquent au mois le mois leurs chiffres de vente et leur chiffre d'affaires, en chute de 26 % pour GDF Suez sur les trois premiers mois de l'année - les ménages, eux, ne constateront la baisse de leur consommation qu'au bout de quelques semaines, voire quelques mois. Il faudra en effet attendre le relevé des compteurs pour que le montant des factures intermédiaires estimées soit corrigé, ou encore pour que les prélévements forfaitaires mensuels soient neutralisés ! Autrement dit, les économies d'énergie réalisées par les foyers français cet hiver n'apparaîtront réellement dans leur budget qu'à l'été, voire, à la rentrée !

Autre explication à la baisse de la consommation des ménages sur les trois premiers mois de l'année : La "boulimie" de consommation en fin d'année, qui avait poussé les ménages à surconsommer au quatrième trimestre, pour profiter des derniers mois de TVA réduite dans bien des secteurs, ou encore des bonus malus écologiques ancienne formule dans l'automobile. Au 1er janvier, tout ces services et produits et de consommation ont vu leur prix augmenter mécaniquement.

Inutile de dire que les chiffres de la consommation du deuxième semestre, et déjà, du mois d'avril, sont attendus avec impatience par les analystes, afin de percevoir si la tendance est effectivement contextuelle ou... durable. Ce serait alors un signe de grande défiance de la part des ménages, qui dans le même temps se sont largement remis à épargner : l'assurance vie a encore collecté pour 2 milliards d'euros de placements nets le mois dernier.

Photo Jean Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+, Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. Il a également été éditorialiste économique sur Sud Radio de 2016 à 2018. Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).

Laisser un commentaire

* Champs requis