Les loyers baissent en France

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 1 juin 2017 à 6h24

Les locataires vont être contents de le savoir : ils commencent à payer moins cher leur logement. Une bonne nouvelle pour le portefeuille qui risque toutefois d’avoir un effet néfaste sur les ventes immobilières, surtout celles dont l’objectif est un investissement locatif. Car si les loyers baissent, les prix de l’immobilier, eux, augmentent dans l’Hexagone.

Une baisse du montant des loyers depuis début 2017

L’observatoire des loyers en France, le baromètre Clameur, dévoile la nouvelle tendance dans le parc locatif de l’Hexagone. Une tendance baissière plutôt généralisée et non seulement en zones tendues grâce à la mise en place, dans certaines villes comme Paris, de l’encadrement des loyers. Toutes les zones, même rurales, voient le montant mensuel payé par les locataires baisser.

Entre les cinq premiers mois de l’année 2016 et de l’année 2017, selon Clameur, la baisse a été en moyenne sur le territoire de 0,5 %. Ce n’est certes pas énorme, à peine quelques euros par mois, mais c’est une bonne nouvelle pour les ménages qui ont le plus de mal à boucler leurs mois. Malheureusement, cette baisse ne concerne bien évidemment que les nouveaux baux, les loyers étant révisés chaque année selon l’indice fourni par l’Insee.

Le loyer des studios ne baisse pas, mais celui de toutes les autres surfaces oui

Les célibataires et les étudiants qui optent par choix ou par contrainte pour un petit appartement ne voient pas l’embellie : les loyers des studios et des 1 pièces, selon l’observatoire Clameur publié le 31 mai 2017, sont en hausse sur les 5 premiers mois de l’année. De 0,5 % en moyenne.

Par contre, les ménages qui ont opté pour des appartements un peu plus grands, à partir d’un deux pièces, réussissent quelques économies : les loyers sont en baisse de 0,8 % pour un T2, de 1 % pour un T3 et même de 1,4 % pour un appartement avec cinq pièces et plus.

Paris enregistre une des baisses les plus fortes (1,1 %) avec Marseille (1,4%) et Rennes (2,8%). Quelques exceptions sont toutefois notées par l’observatoire Clameur : à Lyon, Nîmes et Lille les loyers augmentent, respectivement de 2,8 % de 2,1 % et de 1,4 %. Globalement, plus d’une ville sur deux en France (54,7%) a vu ses loyers baisser entre janvier et mai 2017 par rapport à la même période de 2016.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.   Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio