Sanctions contre la Russie : Visa et Mastercard bloquent les cartes de leurs clients russes

Photo Jean Baptiste Giraud
Par Jean-Baptiste Giraud Publié le 21 mars 2014 à 16h07

Frapper au portefeuille : la stratégie est vieille comme le monde, mais dans une économie mondialisée, elle peut frapper là où on ne l'attend pas. Alors que les sanctions américaines et européennes consister à gêler les avoir de quelques dizaines d'oligarques russes, ou encore à les interdire de visas, voici que Visa et Mastercard, deux entreprises américaines, ont bloqué sans préavis les cartes des clients de plusieurs banques russes.

Concrétement, depuis jeudi 20 mars, les clients des banques Rossia, Sobinbank et SMP ne peuvent plus retirer d'argent dans les distributeurs avec leurs cartes Visa ou Mastercard, ni non plus effectuer de paiements chez les commerçants. Les banques en question appartiennent à des personnalités russes ciblées par les sanctions de Washington annoncées vendredi 21 mars. Une situation kafkaîenne quand on sait que le ministère des Finances russes avait justement fait la promotion ces derniers mois des paiements en carte bancaire pour lutter contre la fraude fiscale !

Les russes sont en effet encore majoritairement habitués à faire leurs achats en payant en liquide et nombre de commerçants ne sont pas équipés en terminaux pour cartes bancaires. La Russie compte cinq à six fois moins de commerces équipés de terminaux de paiement qu'en Occident ou en Asie. En Russie, l'économie souterraine, alimentée par les transactions en liquide, représente 15 à 20 % du PIB selon le ministre des Finances russes, mais d'après un centre de recherche américain, l'économie souterraine péserait plutôt près de 50 %.

Il existe bien un réseau de cartes bancaires russe, VTB24, mais il ne fonctionne qu'en Russie, comme le réseau Eurochèques en Allemagne, et n'est utilisé que par peu de clients.

Photo Jean Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+, Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. Il a également été éditorialiste économique sur Sud Radio de 2016 à 2018. Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).

Laisser un commentaire

* Champs requis