Budget : les députés réduisent leur train de vie de 0,04%

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Laure De Charette Modifié le 3 novembre 2015 à 7h35
Assemblee Nationale Deputes Front National Representation
800L'Assemblée possède des réserves d'environ 800 millions d'euros.

L’effort doit être collectif ? Oui, mais surtout pour les autres. Les députés ont prévu de rogner leurs dépenses l’an prochain de seulement 0,04%. Une baisse ridicule, qui risque fort de ne pas réconcilier les Français avec leurs élus.

Les économies des députés, ce n'est pas maintenant

Le projet de budget 2016 prévoit plus de 8,5 milliards d'économies, à la charge de l'Etat et des collectivités.

Mais tout le monde n’est pas logé à la même enseigne et certains, malgré la crise, ne vont guère se serrer la ceinture. C’est le cas des députés. Ils vont voter à la fin de la semaine prochaine une baisse des dépenses de l’Assemblée nationale de seulement 0,04%.

Pourtant, l’Etat impose à ses propres administrations une moyenne de 5% d’économies, dans le cadre des 50 milliards d'efforts réclamés par François Hollande jusqu'en 2017.

Moins de voyages

Malgré tout, les députés vont devoir faire un effort sur leurs frais de déplacements et de voyages ou encore leurs frais de représentation.

En revanche, les sénateurs vont baisser leur budget d’un peu plus de 2%.

Les députés possèdent, en plus de leur indemnité mensuelle de 7 100 euros bruts par mois, une indemnité représentative de frais de mandat de 5 770 euros bruts par mois et ils peuvent disposer chaque mois de 9 504 euros bruts sous forme de crédit destiné à rémunérer leurs collaborateurs, d’un accès gratuit à l’ensemble du réseau SNCF, du remboursement du forfait de cinq lignes mobiles et d’un abonnement internet.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.