Au Canada, le facteur ne sonnera plus du tout

Par Olivier Sancerre Modifié le 11 décembre 2013 à 23h04

Peut-on imaginer un monde où le courrier n'est plus délivré dans sa boîte aux lettres ? Au Canada, c'est bien ce qui va se passer : Postes Canada a en effet décidé que les facteurs ne déposeront plus les lettres que dans des boîtes collectives placées à un bout ou à l'autre de la rue. Fini le porte à porte !

Plus de porte à porte pour le courrier

Ce projet radical fait partie d'une liste de mesures afin d'éviter à l'organisme parapublic de s'écrouler sous le poids de sa dette. Si rien n'était fait, à l'horizon 2020, l'entreprise serait plombée par une dette d'un milliard de dollars canadiens. La particularité du pays (grand comme 20 fois la France) et peu peuplé (15,3 millions de ménages) rend la distribution plus problématique et plus dispendieuse encore en ces temps difficiles.

Les ménages canadiens ne consomment plus que deux timbres par mois en moyenne, et ils ont pris l'habitude de recevoir leurs factures par courriel - le volume de courrier traité par la Poste est passé de cinq à quatre milliards entre 2006 et 2012; et la tendance ne devrait que s'accentuer.

Le courriel préféré au courrier

Les boîtes collectives sont déjà une réalité depuis quelques années en milieu rural. La mise en place de leurs équivalents urbains permettra à Postes Canada de renouer avec l'autonomie financière dès 2019.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.

Aucun commentaire à «Au Canada, le facteur ne sonnera plus du tout»

Laisser un commentaire

* Champs requis