« Transformons l’euro de monnaie unique en monnaie commune »

Photo Jean Baptiste Giraud
Par Jean-Baptiste Giraud Modifié le 23 octobre 2013 à 7h55

"Nous avons perdu 15 points de compétitivité sur l'Allemagne depuis 2000. Pourrons nous les récupérer par une dévaluation interne qui entraînera stagnation économique de longue durée et chômage de masse ? Ou plutôt par un ajustement monétaire ? La première solution serait un facteur de troubles sociaux et politiques graves, et la deuxième solution n'est pas possible aujourd'hui, sauf si, comme je le propose, nous transformons l'euro de monnaie unique en monnaie commune".

Créer un SME bis

Retour à la case départ pour l'ancien ministre de la Défense Jean-Pierre Chevènement, classé "souverainiste" par les politologues mais qui s'affirme, lui, dans un entretien au Figaro du 23 octobre "républicain, tout simplement", défenseur d'une Europe européenne. L'euro doit redevenir l'Ecu d'avant, l'ancienne monnaie commune de l'Europe, "en créant un SME [Système Monétaire Européen, NDLR] bis avec un toit européen renforcé" affirme Jean-Pierre Chevènement.

Chevènement : L'euro n'est pas viable

Pour Chevènement, il n'y a pas 36 000 solutions pour sortir de la crise. "L'Europe, pour retrouver la croissance, doit faire un effort de compétitivité" et pour cela abaisser d'environ 20 % le cours moyen de l'euro". Mais comme l'ancien ministre pense que c'est impossible de dévaluer l'euro par rapport aux autres monnaies, "à terme, la monnaie unique n'est pas viable. C'est un tonneau des Danaïdes que l'Allemagne ne va pas accepter de remplir sans fin. (...) Les pays les plus riches ne sacrifieront pas leur compétitivité à long terme à une fiction monétaire".

Jean-Pierre Chevènement vient de sortir un livre consacré à la mondialisation, intitulé "1914-2014, l'Europe sortie de l'histoire ?" aux Editions Fayard.

Photo Jean Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+, Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. Il a également été éditorialiste économique sur Sud Radio de 2016 à 2018. Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).

Laisser un commentaire

* Champs requis