Les cigarettes électroniques ne voyageront plus qu’en cabine

Par Olivier Sancerre Modifié le 16 juin 2015 à 7h10
Shutterstock 268541702
12 MILLIONSEn France, 12 millions de personnes ont déjà testé une cigarette électronique.

Le transport des cigarettes électroniques en avion se restreint de plus en plus. L’Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) a en effet édité de nouvelles règles et elles sont plus draconiennes.

Ainsi, si les cigarettes électroniques pourront toujours voyager en cabine, elles sont désormais interdites de transport dans les bagages placés en soute. Le risque, explique l’OACI, est que ces appareils — qui contiennent une batterie — ne soient à l’origine d’incendies à bord des avions.

Danger potentiel

L’Organisation pointe « plusieurs incidents au cours desquels les éléments chauffants de cigarettes électroniques ont été mis sous tension accidentellement et ont provoqué des incendies dans les bagages enregistrés », explique le président du conseil, Olumuyiwa Benard Aliu. Leur transport en cabine rend possible de « remédier immédiatement aux incidents éventuels ».

Des vapoteuses à problème

Les fameuses vapoteuses ont donc de moins en moins leur place dans les avions. L’OACI, basée à Montréal, précise également dans l’édition 2015/2016 de ses instructions techniques pour la sécurité du transport aérien, qu’il est désormais interdit de recharger les cigarettes électroniques en cabine.

Les incidents liés à l’usage de ce type de cigarettes sur batterie se multiplient. En France, un homme a été sérieusement blessée après l’utilisation d’un tel produit qui avait explosé.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.

Laisser un commentaire

* Champs requis