Pour la Commission Européenne, le sac en plastique n’est plus fantastique

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Laure De Charette Modifié le 5 novembre 2013 à 2h26

Exit le sac plastique ? Hier, la Commission Européenne a déclaré la guerre aux sacs plastique, lesquels mettent des décennies avant de s'évaporer dans la nature.

La France va taxer chaque sac de caisse

Bruxelles a déposé une proposition d'amendement à la directive emballage pour obliger les Etats à lutter contre l'usage de ces sacs à usage unique et non biodégradables.

Chaque pays sera libre se décider s'il veut taxer leur utilisation, l'interdire ou imposer des objectifs de restriction de leur commercialisation et donc leur usage. La Commission estime qu'ainsi, l'Europe pourrait à terme faire baisser sa consommation de 80% en la matière.

En France, les sacs de caisse vont justement être taxés -étonnant ?- à partir du 1er janvier 2014, à hauteur de 6 centimes d'euro. Alors même que la communication à leur encontre a déjà permis de faire baisser leur utilisation de 15 milliards d'unités en 2003 à environ 800 millions en 2010.

Le sac plastique, reponsable de la formation d'« un nouveau continent de déchets »

L'objectif européen est simple : enrayer ce « problème environnemental très grave et très visible », qui contribue à la formation en mer d'« un nouveau continent fait de déchets », comme l'a expliqué lors d'une conférence de presse le commissaire européen à l'Environnement.

Chaque année, plus de huit milliards de sacs sont jetés dans l'Union européenne. Ils arrivent dans des décharges à ciel ouvert ou en mer, et asphyxient à terme les sols et les océans.

La Commission a notamment cité le cas de l'Irlande, qui a introduit en 2002 une taxe de 15 centimes d'euro par sac, ce qui a permis de réduire de 92% le nombre de sacs utilisés en l'espace d'un an seulement. Le Danemark avait déjà fait figure de pionnier en instaurant une taxe dès 1994, et en 2011, l'Italie les a interdits.

Une douzaine de pays ont déjà légiféré dans le monde, essentiellement en taxant les sacs à usage unique. Mais cela n'empêche pas chaque Européen d'en utiliser encore en moyenne 175 par an.

La Chine risque fort de ne pas aimer cette décision, si elle est adoptée, car c'est elle qui produit l'essentiel de nos sacs plastique...

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.

Laisser un commentaire

* Champs requis