Le coronavirus pousse à la consommation de produits de première nécessité

Par Olivier Sancerre Modifié le 3 mars 2020 à 11h29
Coronavirus Distribution Penurie 1
191191 cas de personnes touchées par le coronavirus ont été confirmés en France.

Pas de pénurie dans les enseignes de grande distribution, mais une hausse de la consommation et des rayons parfois vides dans certains magasins : le coronavirus pousse les Français à acheter des produits de première nécessité.

Pâtes, riz, couches, savon… Ces produits de grande consommation s'arrachent dans les rayons des supermarchés français depuis quelques jours. Plusieurs magasins Auchan présentent des rayons vides partout en France ce lundi, pas uniquement dans les zones où le coronavirus a fait son apparition comme le souligne un porte-parole du groupe à l'AFP. Néanmoins, l'enseigne se veut rassurante : les stocks ont été anticipés et les clients ne devraient pas repartir bredouille. Auchan indique néanmoins que ce genre de comportement « totalement irrationnel » pouvait effectivement être source de pénurie puisqu'il perturbe la chaîne d'approvisionnement. Le distributeur a également constaté une hausse comprise entre 50 et 70% des commandes Drive.

Provision de produits de première nécessité

Le système Drive permet de faire ses courses en évitant la foule et donc les risques de contamination du coronavirus. À Creil, un des foyers de la propagation en France, les commandes au Drive ont augmenté de 100%. La semaine du 23 février a montré que les Français ne s'étaient pas précipités dans leurs supermarchés. À l'époque, on ne dénombrait qu'un nombre limité de cas de personnes touchées, mais cela a changé de manière très sensible et visible dans les médias. Malgré tout, des produits comme les gels hydroalcooliques ont vu leurs ventes augmenter fortement depuis le début de l'année : +91%. Et cela ne devrait pas ralentir après la recommandation du gouvernement de se laver les mains souvent.

Pas de psychose

Dans les autres enseignes, on appelle à ne pas céder à la psychose. Thierry Cotillard, le patron d'Intermarché, veut rassurer ses clients : « on a les stocks sur points de vente ». Un autre a expliqué que la demande a bien augmenté sur les produits de première nécessité, provoquant ici et là des ruptures de stock, mais pas de pénurie. Comme ailleurs, les stocks ont été anticipés. En ira-t-il de même si la crise sanitaire se poursuit plusieurs semaines ?

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.

Aucun commentaire à «Le coronavirus pousse à la consommation de produits de première nécessité»

Laisser un commentaire

* Champs requis