Coronavirus : faut-il en profiter pour partir en voyage ?

Photo Jean Baptiste Giraud
Par Jean-Baptiste Giraud Modifié le 28 février 2020 à 11h51
Coronavirus Partir En Voyage
500 €Il est possible de partir à Bali ou en Thaïlande pour moins de 500 euros tout compris.

Bien sûr, personne ne peut se réjouir de l’épidémie de coronavirus. Heureusement, la maladie n’est pas très virulente. En revanche, les conséquences sur l’économie mondiale, et, égoïstement, sur la nôtre, se font déjà sentir.

Partir dans les destinations non touchées par le coronavirus

Tous les restaurateurs, hôteliers, gérants de cinéma, de théâtre ou de boutiques de centre-ville vous diront qu’ils sont en retard sur leur chiffre d’affaires. Du côté des voyagistes, c’est pire : les clients annulent à tour de bras. Alors c’est le moment. Oui, c’est le moment de chercher les bons plans.

Je ne vous propose évidemment pas de partir en Italie ni non plus en Chine ou au Japon. Mais il y a des tas de destinations qui ne sont PAS touchées par l’épidémie, et qui souffrent pourtant de la défiance des touristes, et d’annulations massives. Il est par exemple possible en ce moment de partir pour Bali ou la Thaïlande à moins de 500 euros, en formule tout compris. Oui, c’est en Asie, mais si vous regardez bien sûr une carte, c’est à des milliers de kilomètres du foyer du virus.

Profiter de bons plans

Vous voulez partir de l’autre côté ? Tout pareil : en ce moment, on part en République dominicaine pour à peine plus cher. Et l’on part aux États-Unis aller-retour, hors hébergement, pour moins de 400 euros en étant malin. Et si vous visez plutôt un petit week-end en France, là encore, pas mal d’hôtels ou par exemple, de centres de thalasso, bradent leurs tarifs, car eux aussi déplorent une baisse des réservations. Même ceux qui n’accueillaient pas de touristes chinois.

Et n’oubliez pas : vous pouvez réserver pour demain, la semaine prochaine, mais aussi pour dans plusieurs mois. Promos et prix cassés sont partis pour durer, le temps que durera la crise.

Photo Jean Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016. Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time.  En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007. Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+, Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an. En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier.  Il a également été éditorialiste économique sur Sud Radio de 2016 à 2018.   Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).

Aucun commentaire à «Coronavirus : faut-il en profiter pour partir en voyage ?»

Laisser un commentaire

* Champs requis