Covid-19 : le premier vaccin français va être autorisé

Par Olivier Sancerre Modifié le 21 mars 2022 à 10h34
Vaccin France Valneva 1
60 MILLIONSLa Commission européenne a commandé 60 millions de doses du VLA2001.

Il y aura finalement bien un vaccin français contre le Covid-19. Le laboratoire Valneva devrait en effet obtenir l'agrément de l'agence européenne du médicament en avril, avec les premières livraisons attendues le mois suivant.

Les laboratoires français ont été écartés de la course de vitesse pour créer un vaccin contre le Covid-19. Toutefois, maintenant que les premières campagnes de vaccination sont passées, Valneva a l'intention de grignoter les parts de marché avec le VLA2001. Le vaccin devrait recevoir l'agrément de l'agence européenne du médicament le mois prochain, a expliqué le directeur général du labo, Franck Grimaud, au micro de France Info. Le sérum est actuellement examiné de près par le Comité des médicaments à usage humain (CHMP), un comité de l'agence. Et si tout va bien, les premières livraisons en Europe auront lieu au mois de mai.

Un vaccin qui pourra servir aux rappels

« On espère participer à la première vaccination des personnes qui ne sont pas vaccinées », a indiqué le dirigeant de Valneva, qui espère également que le vaccin servira aux rappels qui vont « probablement devenir annuels, comme la grippe ». La Commission européenne a passé commande de 60 millions de doses sur deux ans, dont 24,3 millions pour 2022. Le Bahreïn, qui a donné son feu vert en urgence, va recevoir dès le mois de mars un million de doses. En revanche, le Royaume-Uni a annulé une commande de 100 millions de doses. Malgré tout, le VLA2001 est en attente de l'agrément des autorités britanniques du médicament.

Aussi efficace que l'ARN messager

Le VLA2001 est un vaccin inactivé et adjuvanté, une technologie différente de l'ARN messager, qui est efficace, assure Franck Grimaud : « Quand on regarde le niveau d'anticorps que l'on génère, on est au niveau des vaccins ARN messager ». Le sérum protège aussi bien contre les variants Delta et Omicron, souligne-t-il : « Comme on garde tout le virus, on génère des anticorps contre la protéine spike, mais aussi deux autres protéines. On espère protéger plus largement ».

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.

Aucun commentaire à «Covid-19 : le premier vaccin français va être autorisé»

Laisser un commentaire

* Champs requis