L’Europe continue sa lutte en faveur des applications de tracing du COVID-19

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Willem Jonker Publié le 5 avril 2021 à 12h58
Smartphone Vider Compte En Banque Application
15%Seulement 15% des Français ont téléchargé TousAntiCovid.

La vaccination contre le COVID-19 a certes commencé, mais la levée des mesures restrictives prendra du temps. La surveillance des foyers locaux et la recherche des contacts restent essentielles pour éviter de futurs confinements et permettre des rassemblements plus importants. Malheureusement, les applications de recherche des contacts n'ont pas été couronnées de succès en Europe. La recherche automatisée des contacts devrait encore jouer un rôle important dans la réouverture de la société, en utilisant toutefois une technologie et une approche différente.

Au début de l'année 2020, nous avons soutenu les efforts européens pour mieux suivre la contagion COVID-19 à l'aide des applications pour smartphones, mais nous avons mis en garde contre la complexité de la technologie et nous nous sommes inquiétés de l'approche pays par pays de l'Europe. Aujourd'hui, nous pouvons constater qu'en dépit de progrès occasionnels, la lutte se poursuit. Le déploiement et l'adoption des applications de traçage sont restés en deçà des attentes, et les taux d'infection élevés en Europe ont entravé la recherche des contacts à grande échelle. En outre, l'accélération de la vaccination a détourné l'attention des solutions techniques de recherche des contacts.

Il est toutefois important que les grands espoirs suscités par la vaccination n'amènent pas les décideurs à se concentrer sur une solution unique. Il faudra du temps pour atteindre une masse critique de citoyens vaccinés et les vaccins n'ont pas encore prouvé dans quelle mesure ils nous protègent de l'infection et nous empêchent d'être contagieux. Un redressement rapide et sûr de nos sociétés et de nos économies nécessite une combinaison de mesures restrictives, de vaccination, de tests et de traçage ; ces derniers nécessitant un soutien automatisé.

Les tentatives de l'UE ont échoué

Plusieurs pays européens ont lancé des applications de recherche de contacts dès le début de l'année 2020, mais dans une approche dispersée d'un problème qui ne respecte aucune frontière nationale. Deux consortiums de chercheurs, dominés par des acteurs européens, ont travaillé sur des protocoles centralisés et décentralisés pour faire fonctionner les applications de recherche de contacts. Malheureusement, les pays de l'UE n'ont pas pu se mettre d'accord sur une voie unique, ce qui s'est avéré être un obstacle à l'interopérabilité.

Parallèlement, les géants américains de la technologie Apple et Google ont publié en mai 2020 un cadre commun et une spécification de protocole pour la recherche des contacts (GAEN). Étant donné la domination mondiale de leurs systèmes d'exploitation de téléphonie mobile, il était inévitable que la plupart des applications de recherche des contacts s'appuient sur GAEN dès le départ ou soient reconfigurées pour être compatibles.

Pour surmonter la fragmentation, la Commission européenne a lancé en septembre un service de passerelle d'interopérabilité, reliant les applications nationales dans toute l'UE. Malheureusement, à ce jour, seuls 11 des 27 États membres se sont inscrits à ce service.

Contrairement aux prévisions initiales selon lesquelles jusqu'à 85 % des utilisateurs potentiels téléchargeraient des applications de recherche de contacts, les taux de téléchargement à l'échelle mondiale ont jusqu'à présent été beaucoup plus faibles. En Allemagne environ 21%, en Italie 14%, en France la dernière version de TousAntiCovid est à 15%. Avec environ 40 %, l'Islande et Singapour, pays pionnier en la matière, affichent les taux les plus élevés à ce jour.

Les causes profondes : pourquoi les applications de recherche de contacts n'ont-elles pas donné les résultats escomptés ?

Malgré les affirmations selon lesquelles la vie privée des utilisateurs serait garantie, les inquiétudes prévalaient et l'utilisation était insatisfaisante.

Deuxièmement, l'idée de la recherche des contacts était presque exclusivement axée sur un déploiement rapide via les téléphones intelligents. Tout le monde a un smart phone avec Bluetooth - alors, allons-y pour les applications, en utilisant la technologie Bluetooth ! Les aspects essentiels de la vie privée et de la facilité d'utilisation ont été minimisés.

Enfin, les applications de traçage n'étaient pas bien intégrées dans les écosystèmes existants pour lutter contre la pandémie. Il n'est, par exemple, pas utile d'avoir une application, si les installations de test sont insuffisantes ou si elles ne sont pas facilement accessibles.

La recherche automatisée des contacts : une affaire perdue ?

Pour rouvrir la vie publique, nous devons combiner la libération progressive de mesures restrictives comme l'éloignement social, le travail à distance ou le confinement avec la vaccination, des tests intensifs et une recherche rapide des contacts. La recherche automatisée des contacts est pertinente pour les grands rassemblements comme les concerts ou les événements sportifs. Ces mesures ne seront possibles que si nous surveillons de près les éventuels foyers et réagissons rapidement pour éviter des restrictions importantes.

Malheureusement, les applications n'ont pas donné de résultats. Les leçons tirées de leur échec devraient être le respect de la vie privé, la simplicité et l’adoption d’une approche qui fonctionne avec une utilisation limitée mais ciblée.

Il est donc important d'envisager des technologies alternatives, comme les jetons physiques. Les jetons sont une technologie éprouvée en matière de logistique et ont été déployés à Singapour pour tracer les infections COVID-19. Ils ne nécessitent qu'une fonctionnalité minimale pour la recherche des contacts, sont petits, robustes, bon marché, consomment peu d'énergie et sont simples d’utilisation.

Nous invitons les gouvernements, les entreprises et les secteurs du sport et de la culture à utiliser les jetons de traçage de manière ciblée dans les écoles, sur les lieux de travail ou lors d'événements. À ce stade, nous devons mettre sur la table toutes les options susceptibles de favoriser un retour plus rapide et plus sûr à une économie florissante et à une société ouverte.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

EIT Digital CEO

Aucun commentaire à «L’Europe continue sa lutte en faveur des applications de tracing du COVID-19»

Laisser un commentaire

* Champs requis