Coronavirus : 13% de chômeurs en plus après la crise ?

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 22 mars 2020 à 6h43
Catastrophe Apocalypse Danger Economie Dette Usa
750 MILLIARDS €La BCE a débloqué 750 milliards d'euros pour faire face à la crise du Covid-19.

Si le gouvernement a lancé un plan d’action de 45 milliards d’euros en soutien des entreprises françaises et que la BCE a débloqué un bazooka monétaire de 750 milliards, la question que tout le monde se pose est la suivante : combien va-t-il y avoir de chômeurs après la crise du coronavirus Covid-19 ? L’Organisation internationale du travail (OIT) s’est essayée à l’exercice et les chiffres ne seront pas bons. Mais il y a de l’espoir.

Jusqu’à 25 millions de chômeurs en plus dans le monde ?

L’OIT a réalisé des projections en se basant sur deux scénarii : un optimiste, qui consiste à une réponse coordonnée et puissante de la part des banques centrales (et qui semble heureusement être celui vers lequel se dirige le monde), et un pessimiste.

Le scénario optimiste dévoilé par l’OIT le mercredi 18 mars 2020 chiffre à, tout de même, 5,3 millions le nombre de chômeurs que va créer la crise économique et sanitaire du Covid-19. Le scénario pessimiste, lui, chiffre le nombre de chômeurs en plus à 24,7 millions. Des données à mettre en perspective, toutefois, avec le nombre de travailleurs dans le monde : 188 millions.

Ainsi, en pourcentage, le scénario optimiste va faire augmenter le chômage de 2,8% dans le monde, tandis que le scénario pessimiste va le faire grimper de 13%.

3.400.000.000.000 dollars de revenus en moins pour les ménages

Si le nombre de chômeurs en plus est déjà parlant, c’est en termes financiers que l’étude de l’OIT dévoile l’ampleur de la crise. L’organisation a tenté d’estimer les pertes financières pour les travailleurs liées, justement, à la perte et la réduction d’emplois.

La fourchette basse de l’OIT parle d’une perte somme toute relativement basse de 860 milliards de dollars pour les travailleurs du monde entier, soit l’équivalent de près d’un tiers du PIB français. Mais le chiffre le plus éloquent est sans aucun doute l’estimation haute : 3,4 billions de dollars, soit 3,4 milliers de milliards de dollars ou 3.400.000.000.000 dollars. On parle là d’une perte supérieure au PIB de la France… ou équivalente à peu ou prou un tiers du PIB de la Zone euro.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Laisser un commentaire

* Champs requis