Croissance : + 0,6 % en France au 1er semestre

Par Olivier Sancerre Modifié le 13 mai 2015 à 6h45
Shutterstock 134287412
0,3%La Banque de France prévoit une croissance de 0,3% au second trimestre.

Enfin ! Après l’avoir tant désiré et annoncé, François Hollande et le gouvernement tiennent finalement une bonne nouvelle sur le plan de l’économie : la croissance repart à la hausse en ce début d’année.

Certes, on ne parle pas encore de baisse du chômage, mais la croissance du PIB de +0,6% au premier trimestre est un préliminaire à toute embellie sur le marché de l’emploi. Le chiffre, annoncé par Les Echos, devrait être confirmé ce mercredi 13 mai par l’Insee.

Le 1% de croissance annuelle est déjà à l’horizon

Ce +0,6% est un trésor que va chérir le gouvernement et Bercy, qui ont tablé pour une croissance de 1% sur l’ensemble de l’année. Un niveau qui devrait être dépassé, d’ailleurs Michel Sapin le ministre des Finances avait indiqué qu’il s’agissait d’une estimation « plancher ».

La Banque de France a elle annoncé dans une première prévision que la croissance du PIB tournera autour de +0,3% au second trimestre : avec un peu de chance, cette estimation de 1% pourrait bien être dépassée dès le milieu de l’année. La performance du premier trimestre, supérieure de 0,2 point par rapport aux prédictions de l’Insee, assure un rythme que la France n’avait pas connu depuis le second trimestre.

Bruxelles veille toujours

Ce souffle de croissance est largement porté par la baisse des cours du pétrole, qui augmente le pouvoir d’achat des ménages et donne de l’air aux investissements des entreprises. Le taux de change euro/dollar, enfin un peu plus favorable à la monnaie unique, contribue également à cette reprise tant attendue.

Ce chiffre va en tout cas permettre de détendre un peu plus les relations entre Paris et Bruxelles, ce d’autant que la France avait publié un déficit public moins mauvais qu’attendu, à 4% pour l’an dernier. Néanmoins, la Commission ne compte pas lâcher la pression sur le gouvernement : cette reprise doit être utilisée pour poursuivre et amplifier les réformes d’assainissement des comptes publics.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.