La croissance mondiale au plus haut depuis 1973

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 1 juin 2021 à 11h09
Croissance Bdf 2021 1
5%La Banque de France table sur une croissance d'au moins 5% en 2021.

Mieux qu’au lendemain de la crise des subprimes en 2008 et mieux qu’au lendemain de l’explosion de la bulle Internet au début des années 2000 : les nouvelles prévisions de croissance de l’OCDE laissent penser que la crise sanitaire de la Covid-19 pourrait réellement être passagère.

Croissance : plongeon en 2020, rebond en 2021

Dans sa dernière prévision de croissance mondiale, publiée lundi 31 mars 2021, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) donne une nouvelle fois une bonne nouvelle. La croissance va connaître un fort rebond au niveau mondial, et ce dès 2021.

Ainsi, l’OCDE estime que l’économie mondiale a reculé de 3,5% en 2020 mais que dès 2021 la croissance mondiale atteindra 5,8%… et même potentiellement plus. Elle pourrait atteindre 6,5% si seulement un dixième de l’épargne Covid était dépensé. Mais même sans ça, une croissance à 5,8% n’est rien d’autre que le niveau le plus élevé depuis… 1973 et le krach pétrolier.

3.000 milliards de dollars de richesse en moins fin 2022

Si la bonne nouvelle a de quoi redonner de l’espoir, l’OCDE estime que le monde subira encore la crise tout le long de 2022 et potentiellement 2023. Fin 2022, toutefois, le PIB mondial sera 3.000 milliards de dollars inférieur à ce qu’il aurait dû être si la pandémie n’avait pas frappé, et ce malgré une prévision de croissance attendue à 4,4%.

Un montant à comparer aux 12.500 milliards de dollars que la crise de la Covid aura coûté au niveau mondial entre 2020 et 2021, selon les estimations de juin 2020 du Fonds Monétaire International (FMI).

Chine et USA : les grands gagnants du rebond

Dans le détail des diverses économies mondiales, la crise fait la part belle à la Chine et aux États-Unis. La première, qui a été un des rares pays à ne pas connaître de récession en 2020, devrait clore l’année 2021 en croissance de 8,5% et poursuivre avec 5,8% de croissance en 2022. Les États-Unis, qui ont limité la casse en 2020 (le PIB a chuté de 3,5%) ne sont pas en reste : 6,9% de croissance en 2021 et 3,6% en 2022.

La Zone euro, de son côté, est à la traîne : 4,3% de croissance en 2021 selon l’OCDE, 4,4% en 2022. Quant à la France, l’OCDE est un peu plus optimiste que le gouvernement puisque l’organisation s’attend à une croissance de 5,8% en 2021 suivie d’une croissance de 4% en 2022. Bercy, de son côté, table sur un minimum de croissance de 5% en 2021.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Laisser un commentaire

* Champs requis