La croissance mondiale menacée par le possible défaut de paiement des Etats-Unis, craint le FMI

Par Laure De Charette Modifié le 9 octobre 2013 à 0h28

Ils sont censés tirer la croissance économique mondiale. Mais ils risquent fort de nous la plomber. D'après le Fonds Monétaire International, si les Etats-Unis font défaut parce qu'ils ont été incapables de s'accorder sur le relèvement du plafond de leur dette –ils n'ont plus que 8 jours pour y parvenir-, alors le monde entrera en récession. Au mieux, car « au pire », il traversera « probablement une crise financière ». A-t-on vraiment besoin de cela ?

Un PIB mondial en hausse de seulement 2,9%

Sinon, et heureusement ce scénario noir semble peu probable, la hausse du PIB mondial devrait être de 2,9 % cette année. Cet été, les prévisions du FMI faisaient pourtant état d'une croissance de 3,2% du PIB mondial en 2013. Mais cette fois, ce ne sont pas les Etats-Unis qui sont responsables de cette baisse présumée, mais les pays émergents dont l'économie ralentit. Ainsi la Chine n'aurait un PIB en croissance « que » de 7,6% (« que » ?!). Or il faut garder à l'esprit que l'Empire du Milieu représente désormais... 40% de la croissance mondiale.

De son côté, la France crée peu de richesse à l'échelle itnternationale : seul un modeste +0,2% est prévu cette année, du moins selon le FMI, car on imagine que les experts de Bercy, de fieffés optimistes, visent bien davantage. N'ont-ils pas dans leurs prévisions toujours surestimé la croissance de l'Hexagone de 0,8 point en moyenne depuis 2002 ?! Si si... Mais ce +0,2% prévu est plus ambitieux que ne l'étaient les prévisions du Fonds l'été dernier, qui évoquait alors -0,1%.

Un risque de croissance molle dans les années à venir

Toujours est-il que les pays d'Europe redémarrent, doucement. La « reprise » est bien là, comme l'annonçait François Hollande récemment.

Mais le FMI se montre inquiet pour l'avenir économique de la planète, évoquant un risque de « poursuite d'une croissance molle en zone euro », « un endettement privé élevé », « une croissance cahotante des pays émergents, la prolongation de la déflation au Japon » et cerise sur le gâteau, de possibles crises majeures sur les dettes publiques dans l'ensemble des pays riches. Les Etats-Unis, précurseurs ?

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique. Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.

Aucun commentaire à «La croissance mondiale menacée par le possible défaut de paiement des Etats-Unis, craint le FMI»

Laisser un commentaire

* Champs requis