De nouveaux commerces pourraient rouvrir malgré le confinement

Par Olivier Sancerre Modifié le 23 mars 2021 à 10h42
Commerces Essentiels Liste 2
20%L'accès au fonds de solidarité est ouvert pour les commerces à partir d'une perte de 20% du chiffre d'affaires.

Certains commerces qui ne font pas partie de la liste de ceux jugés essentiels pourraient toutefois la rejoindre, a annoncé Bruno Le Maire qui travaille également sur la possibilité de liquider les stocks hors période des soldes.

Depuis le 20 mars, c'est de nouveau le confinement pour 20 millions de Français dans 16 départements, dont la région parisienne. Qui dit confinement, dit fermeture des commerces non essentiels, mais la liste s'est considérablement allongée depuis le deuxième confinement du mois de novembre : les chocolatiers et les opticiens y ont été ajoutés à la liste. Et désormais, ce sont les fleuristes, les jardineries, les coiffeurs, les cabinets d'avocats, les notaires, les libraires ainsi que les disquaires qui ont reçu l'autorisation de garder leur rideau ouvert pendant quatre semaines. Et il n'est pas impossible que d'autres commerces décrochent le feu vert.

Pas une situation parfaite

Au micro de RTL, Bruno Le Maire a expliqué que sa porte n'était pas fermée. « Je ne dis pas que c'est parfait (…) Nous regarderons si des choses peuvent être améliorées ». Le gouvernement a l'intention de regarder chaque situation « pour voir s'il y en a qui doivent être corrigées ». Les salons d'esthétique en particulier pourraient en profiter : ces derniers estiment en effet être au même niveau que les coiffeurs qui sont ouverts. Le ministre de l'Économie indique que des contacts ont été pris avec les commerçants : « Je garderai le même esprit de dialogue et d’ouverture qui m’anime depuis le début de cette crise ».

Liquidation des stocks

Dans le même esprit, il a laissé entendre que les magasins de prêt-à-porter pourraient être autorisés à liquider leurs stocks au mois d'avril, après le confinement. « Nous travaillons sur la liquidation des stocks normalement réservée à la période de soldes. Ce qui voudrait dire que les commerçants pourraient liquider leur stock en avril alors que nous ne serons pas en période de soldes », a-t-il détaillé. Un peu d'air pour des commerces qui rencontrent de sérieuses difficultés pour traverser la crise sanitaire.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.

Laisser un commentaire

* Champs requis