Déficit à 3% : Bruxelles n’accordera pas de délai à Paris

Par Olivier Sancerre Modifié le 3 juillet 2017 à 14h24
Paris Bruxelles Deficit Delai 1
3,2%Si rien n'est fait, le déficit sera de 3,2% du PIB en 2017.

Non, c'est non : Bruxelles n'a aucunement l'intention d'accorder un nouveau délai à la France pour que le pays parvienne à réduire ses déficits publics à 3% de son PIB. Et ce, malgré le dérapage conséquent enregistré par la Cour des comptes…

La mauvaise nouvelle est tombée la semaine dernière : dans son audit des finances publiques, la Cour des comptes a calculé que le précédent gouvernement avait laissé déraper les finances publiques… et pas qu'un peu : ce sont 8 milliards d'euros de dépenses supplémentaires qui ont été réalisées alors que l'exécutif mené par Manuel Valls s'était engagé à atteindre un déficit de 2,8% du PIB cette année.

Un dérapage de 8 milliards d'euros

Impossible, après ces 8 milliards d'euros supplémentaires, de tenir le cap fixé par le précédent gouvernement. Si rien n'est fait, le déficit passerait à 3,2% du PIB, soit 0,4 point de plus que l'estimation officielle… Après avoir laissé éclater sa colère, le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé des mesures d'économies pour revenir dans les clous de Bruxelles en 2017 — des économies, mais pas de hausses des impôts, a-t-il promis.

Bruxelles sur la ligne dure

Le gouvernement n'aura pas le choix. Sur France 2, Pierre Moscovici, le commissaire européen aux Affaires économiques a été très clair : pas question d'accorder un délai supplémentaire à Paris, mais « simplement une politique budgétaire sérieuse sans être austère doit être au rendez-vous ». Il a ajouté : « Moi je fais confiance au gouvernement français pour tenir ses engagements, comme je lui fais confiance pour présenter ensuite un budget 2018 qui lui permette de passer pour le coup clairement en dessous de 3%, ce qui permettra à la France de sortir de la procédure de déficit excessif ». Paris est prévenu…

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.

Laisser un commentaire

* Champs requis