Déficit Sécu 2020 : 300 millions de plus à cause des hôpitaux

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 27 novembre 2019 à 18h22
Deficit Securie Sociale 1
5,4 MILLIARDS €En 2020, le déficit de la Sécurité sociale devrait être de 5,4 milliards d'euros.

Sauver les hôpitaux a un coût, et il n’est pas négligeable : au point qu’avant même que le plan pour sauver les hôpitaux en France annoncé par la ministre de la Santé Agnès Buzyn mercredi 20 novembre 2019 ne soit réellement lancé, il a déjà un impact négatif sur la dette de la Sécurité Sociale en 2020… et probablement les années suivantes.

1,5 milliard d’euros pour les hôpitaux en trois ans

Le plan annoncé par le gouvernement pour essayer de résoudre la crise des hôpitaux publics, et qui a vivement été critiqué par les concernés, médecins et infirmières, car il ne prévoit quasiment que des bonus et des primes et non une augmentation des effectifs, va demander 1,5 milliard d’euros. Une dépense étalée sur trois ans qui commence en 2020 avec 300 millions d’euros de dépenses en plus sur le budget de la Sécurité sociale.

En 2021 et 2022, ce plan va coûter à la Sécurité sociale 500 et 700 millions d’euros, selon les annonces du gouvernement. De fait, le déficit de la Sécu, dont la réduction est un des objectifs du gouvernement, va être plus élevé. L’Assemblée nationale a validé, lundi 25 novembre 2019, une augmentation de l’objectif national des dépenses d’Assurance maladie (Ondam) à 2,45% en 2020 (contre 2,3% initialement prévus). Résultat : un déficit pour le budget de la sécu de 5,4 milliards d’euros, contre 5,1 milliards avant les annonces.

10 milliards d’euros de dettes repris par l’État

Ces 1,5 milliard d’euros ne sont, en réalité, que le premier volet du plan de sauvetage : le plus gros reste à venir. Ce sera au printemps 2020, lors du vote de la loi de programmation des finances publiques, qu’il faudra l’intégrer.

L’État a promis de reprendre à sa charge 10 milliards d’euros de dettes des hôpitaux, un montant équivalent à un tiers de la dette totale des établissements. Là aussi, cette dépense sera étalée sur trois ans sans que l’on sache à ce jour les montants annuels alloués à cette mesure.

Reste à savoir quel sera l’impact réel de ces mesures sur le déficit français qui, selon les règles de Bruxelles, ne doit pas dépasser les 3 % du PIB et sur lequel la Commission européenne veille au grain.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.   Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Aucun commentaire à «Déficit Sécu 2020 : 300 millions de plus à cause des hôpitaux»

Laisser un commentaire

* Champs requis