Depuis 1975, la France accumule toutes les années des dépenses qu’elle ne sait ou n’ose pas résorber !

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Daniel Moinier Publié le 26 mars 2021 à 14h49
Dette France 100%25 2
122%La dette de la France devrait dépasser 122% du PIB en 2021.

Chaque année la France cumule de nouvelles dépenses qui augmentent une dette nationale déjà énorme qui va devenir insoutenable !

Tous les ans nos gouvernants utilisent tout l’argent que nos citoyens leur ont donné pour essayer de gérer le pays et résorber le déficit mais sans succès. Ils ne trouvent pas de solution dans tout leur arsenal financier et juridique mais surtout ils n’osent plus « bousculer » les Français pour adopter de nouvelles lois qui les fâcheraient et qui pourraient les déchoir de leur fonction.

Ils s’évertuent pour ne pas en arriver là, à créer de nouveaux impôts, prélèvement, taxes et dans ce sport les financiers de Bercy sont devenus des champions de nouvelles trouvailles. A tel point que c’est près de la moitié de la production nationale qui part en prélèvements obligatoires. C’est devenu inacceptable.

La France est devenue le pays de l’OCDE où les impôts sont devenus les plus importants avec plus de 46% soir 35% du PIB national !

C’est la France qui a donné l’exemple en créant le 08 avril 1954, un impôt indolore : La TVA que tous les pays du monde ont adoptée ensuite car elle procure d’énormes rentrées financières pour les états sans aucune contestation citoyenne. En France elle représente 130 Mds d’euros sur un total de 274 Mds soit près de la moitié des rentrées fiscales.

Si l’on veut contenter les citoyens, pour se maintenir au pouvoir, garder une cote raisonnable, versons des aides, créons des équipement sublimes, supprimons des impôts aux plus « faibles », allant jusqu’à loger des personnes gratuitement ! En France, plus de la moitié des familles ne paient pas d’impôt sur le revenu, pas de redevance télévision…

Pour subvenir à toutes ces largesses l’état, à part la TVA, a créé toutes sortes d’impôts et ce n’est pas récent puisqu’en 1965 la part des prélèvements était déjà la plus élevée du monde.

Une avocate fiscaliste : Virginie Pradel résumait bien cette débauche de nouvelles taxes :

« Notre folie nationale se traduit par des prélèvements toujours plus nombreux, plus élevés et aussi toujours plus absurdes ; tout est taxable, même ce à quoi on ne peut pas s’attendre » !!!

Avant chaque élection les candidats s’engagent à lancer de grands plans de restructuration, de relance, de réduction des dépenses, des déficits. Une fois installés, à part quelques lois qui allaient dans le bon sens, les interventions deviennent très souvent des plans de communication, on agite des réformes, de nouveaux projets de lois, on crée de nouveaux budgets.

Cela est très loin de suffire, acculée par les déficits, la « machine » a besoin de plus en plus d’argent pour grossir. Mais comment faire lorsque l’on est arrivé à un niveau tel que cela risque de ne plus être supportable (comme le mouvement des gilets jaunes ; ce qui les stressent le plus : les gens dans la rue).

S’il n’est plus possible de prélever l’argent que vous avez encore, on va prélever celui que vous n’avez pas. Il existe une réserve illimitée pour pouvoir dépenser plus, offrir encore plus d’aides, c’est la dette publique, car les impôts et prélèvements, même importants ne suffisent plus depuis longtemps.

La France est rentrée dans le Top 10 mondial des pays surendettés !

Et la Crise du COVID a amplifié très fortement le mouvement. A tel point que les Echos ont sorti un important titre « Avec la Crise, l’Etat a eu une idée de génie, se financer désormais autant par l’endettement que par les impôts ».

La commission des Finances du Sénat a de suite alerté le Gouvernement déclarant qu’on était proche du précipice.

Comparaison entre les recettes fiscales et les emprunts

(OAT veut dire Obligations Assimilables du Trésor, ce sont les emprunts)

Aux yeux des gouvernants, il n’existe plus de possibilité de rétablir simplement les comptes, ne parlons pas de rembourser la dette. La TVA est à un niveau assez maximal, tous les prélèvements sociaux sont tellement nombreux qu’ils sont devenus à la limite du gérable et de l’acceptable. Il n’existe plus d’autre solution que celle des emprunts ! Cela fait déjà plusieurs années que la France est obligée tous les ans, d’emprunter plus de 200 Mds d’euros pour boucler les trous des différentes Caisses !

Les médias restent assez muets sur le sujet et les épargnants et retraités risquent de se voir ruinés à terme. Ce n’est pas grave, c’est ceux qui manifestent le moins. L’état s’accorde des faveurs qu’il n’accepterait pas des autres.

La dette devrait dépasser 122% du PIB en 2021, soit 20% de plus en 2 ans. C’était le niveau de la Grèce lors de la crise de 2008 ! Va-t-on se retrouver comme elle ? La France n’est pas la Grèce, mais nous allons arriver à un seuil très critique. Pour elle, cela était la fin de beaucoup de prestations sociales, l’arrivée d’un chômage massif, une main mise chinoise, une révolution dans la rue !

Que pourrait-il se passer en France, quand l’état n’arrive pas à gérer ses dépenses et que sa population est incapable de comprendre ce qui est fait ? Il règne en maître. Avec l’arrivée d’un impôt d’un nouveau genre, c’est votre pouvoir d’achat qui va encore être impacté. Cela pourrait être aussi à cause de l’inflation qui pourrait revenir très vite. Cette baisse pourrait également provenir de la création par le BCE de l’argent vers le secteur financier ce qui le rend invisible pour le citoyen lambda.

Ce processus facile pourrait comme la TVA devenir invisible, les citoyens pourraient se dire que l’état à bien changé puisqu’il ne les sollicite plus pour régler ses largesses donc ses nouvelles dépenses.

La dette pour eux est un concept très abstrait qu’on peut facilement remettre à plus tard et pourrait même être annulée d’un coup de baguette magique.

L’euro monnaie mondiale conforté en solidité par tous les pays nordiques mieux gérés, a permi aussi aux pays du Sud de se relâcher dans leurs dépenses.

En effet comme d’autres « sudistes » la France demande à la BCE de la soutenir en émettant de plus en plus de milliards d’euros qui n’iront pas dans les poches des banques.

C’est l’euro qui est devenu l’arme pour faire cesser vos augmentations d’impôts. C’est en apparence réjouissant mais très, très inquiétant ! OUI c’est même vertigineux, car le bilan de la BCE a dépassé les 7200 milliards d’euros. Après la crise de 2009, son bilan dépassait la barre des 2000 milliards. En 2012, sous l’air Draghi et son « quoi qu’il en coûte », il dépassait les 3000 milliards. En un an il a progressé de 50%, jusqu’à représenter 71% du PIB de la zone euro, pour la FED (Banque Centrale américaine) c’est seulement 30% !

ATTENTION, il existe à terme un très grand risque de disparition de vos placements, de votre fortune. C’est l’euro a force d’être « dupliqué » qui va perdre au niveau mondial de sa valeur et même dans le cas extrême disparaître avec l’Europe. Une crise financière énorme n’est pas à exclure !!!

www.danielmoinier.com

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Daniel Moinier a travaillé 11 années chez Pechiney International, 16 années en recrutement chez BIS en France et Belgique, puis 28 ans comme chasseur de têtes, dont 17 années à son compte, au sein de son Cabinet D.M.C.Il est aussi l'auteur de six ouvrages, dont "En finir avec ce chômage", "La Crise, une Chance pour la Croissance et le Pouvoir d'achat", "L'Europe et surtout la France, malades de leurs "Vieux"". Et le dernier “Pourquoi la France est en déficit depuis 1975, Analyse-Solutions” chez Edilivre.