L’avenir de l’économie sera-t-il circulaire ?

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Vincent de Montalivet Modifié le 2 octobre 2013 à 15h34

Nous vivons des moments de créativité intense où face aux multiples crises, de nouveaux modèles économiques émergent et soulignent la nécessité de regarder le monde autrement. L'économie circulaire en prenant en compte l'épuisement de nos ressources et plus largement notre impact sur l'environnement, bouleverse notre manière de concevoir, de produire, de consommer. L'ensemble de la chaine classique du développement économique et de la modélisation des affaires est affecté. Dès lors, nos comportements et nos habitudes dans toutes les sphères de la vie, au travail comme à la maison sont à redesigner.

La nouvelle stratégie d'action promue par l'économie circulaire nous entraine autour de trois grands principes fondateurs :

  • L'écoconception des produits afin de réduire l'utilisation des ressources non renouvelables dans le processus de fabrication et de diminuer la production de déchets ;
  • La réutilisation et la réparation des produits de consommation courante pour prolonger leur durée de vie ;
  • Le recyclage des déchets en nouvelles ressources.

L'économie circulaire s'inspire d'approches comme celles du berceau au berceau, du biomimétisme, de l'écologie industrielle, ou de l'économie bleue.

Intensifier les échanges entre acteurs d'un même réseau

Qu'il s'agisse de l'Ecoparc de Dunkerque, de l'expérimentation dans le Sud-Allier pour la France, de la ville portuaire de Kalundborg au Danemark ou de « the Plant » à Chicago, ... dans tous ces projets, l'approche globale du territoire et la mise en réseau de tout l'écosystème des parties prenantes est un point central pour obtenir des résultats probants.

En somme, plutôt que chaque acteur achète son eau, son énergie, ses autres matières premières, traite ses déchets,...il s'agit de recenser tout ce qui peut être mis en commun, réutilisé, transformé au profit d'une amélioration du modèle d'affaire et de l'environnement. Le réseau ainsi formé pourra identifier les mutualisations possibles, les achats groupés, les échanges inter-entreprises,...

Tous les acteurs dans tous les secteurs économiques sont concernés par ce changement de modèle : que l'on soit un professionnel ou un particulier, l'économie circulaire nous concerne et nous pouvons agir pour transformer notre société, en commençant par des gestes simples.

Une entreprise peut inciter à la réutilisation de ses meubles en proposant un service de troc circulaire à son réseau de clients. Une pépinière de start up peut proposer à ses membres un réseau d'échanges de matériel et de compétences. Sans parler des écoles et universités qui peuvent inciter les étudiants à échanger.

Les acteurs sont invités à ouvrir leur écosytsème et à vivre en réseau d'échange et de partage. Notre technologie de troc circulaire permet de démultiplier les transactions par la mise en lien de ressources et de besoins du réseau en quasi temps réel, et accompagne ainsi une mise en place simple et locale de cette économie circulaire.

Ces bureaux que Florence n'utilise plus peuvent être très utiles à Christian, qui lui-même peut aider de ses conseils un troisième acteur, qui aura proposé à Florence du temps sur une machine qu'elle ne pouvait se financer. Il n'y a pas eu de dépenses d'argent, mais du réemploi, de la mise en commun de compétences et de l'usage partagé.

Le troc circulaire ouvre le monde des transactions à l'intelligence collective.

Impacts et perspectives

Les impacts pour l'économie en générale et l'industrie en particulier sont énormes.
Les multiples avantages d'une économie circulaire pour une gestion durable des ressources ont déjà été décrits il y a une trentaine d'année par Walter Stahel et Geneviève Reday dans leur rapport de 1976 de recherche à la Commission européenne où ils esquissent la vision d'une économie en boucle et son impact sur la création d'emplois, la compétitivité économique, des ressources d'épargne et de prévention des déchets.

Au niveau de l'économie mondiale, on attend des gains au niveau des matières premières, des perspectives pour l'emploi et l'essor de nouveaux business modèles orientés vers une économie de services et toutes les innovations qui en découlent.

Si l'on en croit le dernier rapport de la fondation Ellen MacArthur « en ce qui concerne les matières premières, les gains représentent à minima 340 à 380 milliards de dollars par an en Europe dans le secteur des biens qu'équipements (voiture, électroménager). Les gains ont été évalués à 700 milliards de dollars/an au niveau mondial si l'on considère les biens de consommation courante. »

L'économie circulaire était à l'honneur et inaugurait la conférence environnementale dans « la perspective de l'élaboration d'une future loi-cadre » qui posera en France les principes de l'économie circulaire, comme cela a déjà été réalisé dans de nombreux pays dans le monde. En attendant que les députés finalisent le cadre législatif d'une économie plus circulaire, gageons que de plus en plus de particuliers, de villes, d'entreprises et de filières entreront dans l'expérimentation et l'action.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Vincent est fondateur de MyRecycleStuff.

Aucun commentaire à «L’avenir de l’économie sera-t-il circulaire ?»

Laisser un commentaire

* Champs requis