Dépense publique : Et si l’on réduisait les salaires des fonctionnaires ?

Photo Jean Baptiste Giraud
Par Jean-Baptiste Giraud Publié le 21 janvier 2014 à 17h35

Les puristes relèveront d’entrée de jeu une erreur – volontaire – de langage : Les fonctionnaires ne perçoivent pas un salaire, mais un traitement. Détail mis à part : pour trouver 50 milliards d’économies d’ici 2017, soit 16,67 milliards par an, il ne suffira pas de retarder le rafistolage de trois sous-marins ou de notre seul porte-avions, ni de raboter encore un peu plus les abominables avatanges fiscaux des familles avec enfants.

Même en passant le quotient familial à zéro, ce qui voudrait dire qu’un couple avec enfants payerait les mêmes impôts que des célibataires, tout en consommant plus – logement, habillement, alimentation, loisirs – le compte n’y serait pas. Cela permettrait de faire « économiser » quelques centaines de millions d’euros au budget de l’Etat tout au plus. Tout en mettant des millions de familles dans une situation inextricable.

Geler tous les grands chantiers ? Il n’y en a pas, ou en tout cas pas qui ne dépendent exclusivement de l’Etat. Dans ce genre de situations, tout le monde mets la main à la poche, et qu’un des « contributeurs » se retire, et c’est tout le montage qui s’effondre. Il est plus couteux de tout faire s’effondrer que de continuer à payer. Kafkaien…

Lancer la chasse au gaspi ? Mais vous pensez bien sérieusement qu'elle a été lancée depuis longtemps. Seulement voilà, la chasse au gaspi, par essence -sans jeu de mots- n'a pas d'autre effet que marginal. Tout gaspillage aux yeux d'un auditeur externe, est a contrario justifié par tout ceux qui sont assis dessus. Et on les moyens de le sauver ! Et y parviennent.

Pour lire la suite de l'article, cliquez ici

Photo Jean Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+, Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. Il a également été éditorialiste économique sur Sud Radio de 2016 à 2018. Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).

Laisser un commentaire

* Champs requis