Ségolène Royal : « Pas d’augmentation des tarifs EDF d’ici août »

Cropped Favicon 1.png
Par Jean-Baptiste Le Roux Modifié le 29 novembre 2022 à 10h10

La nouvelle ministre de l’Ecologie veut tout chambouler. Pas d’écologie punitive, la fin du diesel, le maintien du nucléaire, mais surtout la non-augmentation des tarifs de l’électricité.

La guerre est déclarée entre le Conseil d’Etat et la fraichement nommée ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal.

Ségolène Royal affirme que les tarifs de l'électricité n'augmenteront pas

Interrogée ce mardi 15 avril sur RMC/BFM TV, la ministre de l’Ecologie a promis qu’il n’y aurait pas d’augmentation des tarifs EDF d’ici le mois d’août. Une déclaration de guerre à l’encontre du Conseil d’Etat qui a pressé Ségolène Royal de prendre un arrêté fixant une augmentation rétroactive des tarifs de l’électricité.

La ministre s'oppose à la hausse rétroactive voulue par le Conseil d'Etat

En effet, la plus haute juridiction administrative de France avait annulé vendredi 11 avril dernier les tarifs réglementés d’électricité entre août 2012 et août 2013, estimant que la hausse de 2 % décidée il y a deux ans par le gouvernement Ayrault était insuffisante. Cette facture rétroactive que refuse la ministre de l’Ecologie devrait s’élever entre 20 et 40 euros pour les consommateurs.

Mais cette position place Ségolène Royal entre deux feux. D’un côté les clients de l’EDF, qui ne souhaitent pas particulièrement voir appliquer une hausse rétroactive des tarifs de l’électricité. Et d’un autre côté le Conseil d’Etat qui presse le gouvernement de prendre ce décret. Alors que la ministre a affirmé ce mardi qu’il n’y aurait "pas d’augmentation des tarifs EDF d’ici août", elle est restée évasive sur la solution qu’elle prendrait par rapport au Conseil d’Etat.

"Ce ne sont pas les opérateurs qui vont décider tout seul"

Elle a pourtant assuré qu’elle trouverait "une solution de bon sens pour qu’il n’y ait pas d’augmentation", tout en précisant qu’un arrêté serait pris "avant deux mois", conformément au souhait du Conseil d’Etat. Que croire dans un tel cas ? La ministre a toutefois conclu qu’elle "n’accepte pas la fatalité selon laquelle le prix de l’énergie va obligatoirement augmenter", ajoutant être "convaincue que nous pouvons maîtriser le coût de l’énergie". Pour Ségolène Royal, "ce ne sont pas les opérateurs qui vont décider tout seul".

Cropped Favicon 1.png

Jean-Baptiste Le Roux est membre de la rédaction d'Economie Matin

Suivez-nous sur Google News Economie Matin - Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités.

Aucun commentaire à «Ségolène Royal : « Pas d’augmentation des tarifs EDF d’ici août »»

Laisser un commentaire

* Champs requis