DieselGate : 29 millions de véhicules non-conformes sur les routes d’Europe ?

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 19 septembre 2016 à 7h55
Diesel Scandale Emissions Pollution Critique Renault Fiat
16,2 MILLIARDS €Volkswagen a annoncé que le scandale du Diesel lui coûtera 16,2 milliards d'euros.

Le DieselGate est aujourd'hui surtout associé à Volkswagen : le constructeur allemand a avoué avoir triché aux tests de contrôle des émissions polluantes pour quelques 11 millions de véhicules dans le monde. Mais en réalité ce ne serait que la partie émergée de l'iceberg. Le think tank Transport & Environment a de nouveau frappé : son dernier rapport daté du 14 septembre 2016 accuse quasiment tous les constructeurs et estime à quelques 29 millions les véhicules qui ne respectent pas les règles sur les émissions polluantes des moteurs Diesel. 29 millions... seulement sur les routes Européennes.

Euro 6 : Des émissions 15 fois supérieures à la limite autorisée ?

Transport & Environment remue le couteau dans la plaie. Alors que les nouvelles voitures Diesel sont censées respecter la réglementation Euro 6 depuis le 1er septembre 2016 et donc n'avoir des niveaux de NOx (oxyde d'azote) qu'inférieurs à 0,08g/km, elles sont loin du compte.

Le rapport accuse les moteurs du constructeur italien Fiat, utilisés dans les voitures de la marque, les Alfa Romeo et les Suzuki, de rejeter des niveaux de NOx jusqu'à 15 fois supérieurs à la limite. L'alliance Renault-Nissan arrive en deuxième position avec les marques Dacia, Infinity, Nissan et Renault (qui embarquent toutes des moteurs Renault) qui rejetteraient des niveaux de NOx 14 fois supérieurs à la limite.

Opel, Hyundai, Mercedes-Benz, Ford ou encore Peugeot sont également accusées de ne pas respecter les limitations Euro 6.

Et le cas des émissions des moteurs Euro 5 n'est guère meilleur. Le standard Euro 5 place la limite de NOx rejeté par les moteurs à 0,18g/km. Selon Transport&Environment ce sont les moteurs Renault qu'embarquent les voitures de la marque au Losange et sa version low-cost Dacia qui pollueraient le plus : quasiment 7 fois la limite autorisée.

Encore une fois la différence entre test "sur route" et test "en laboratoire"

Si Transport&Environment lance une nouvelle fois un pavé dans la marre du débat sur le Diesel c'est que le think tank attaque de nouveau la manière dont son réalisés les tests des régulateurs européens. Pour tester le niveau des émissions des moteurs, les autorités mènent des tests en laboratoire. C'est ainsi que Volkswagen a pu tricher en installant sur ses moteurs un logiciel réduisant, au moment de ces tests, les émissions polluantes.

T&E, au contraire, mène les tests sur route, en conditions réelles d'utilisation de la voiture. Les tests ne sont donc pas conformes aux standards de l'industrie mais, selon le think tank, ils sont beaucoup plus proches de la réalité. Les tests des autorités sont considérés "obsolètes" par le think tank qui demande à ce qu'ils soient revus.

Mais ce n'est pas tout : T&E estime qu'il faut lancer un rappel massif des véhicules Euro 5 et Euro 6 afin d'implémenter au minimum des logiciels permettant de réduire les émissions polluantes. Quelques 29 millions de moteurs Diesel "polluants" seraient en circulation sur les routes européennes... et leur nombre ne cesse d'augmenter.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Laisser un commentaire

* Champs requis