Énergie : « Chauffer moins pour dépenser moins », demande le gouvernement

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 29 novembre 2022 à 9h14
Comment Reduire Sa Facture D Energie
17%Le nombre de factures d'énergie impayées en 2021 a augmenté de 17% par rapport à 2019.

On connaissait le « Travailler plus pour gagner plus » de Nicolas Sarkozy, désormais il y a le « Chauffer moins pour dépenser moins » du gouvernement Macron. Bruno Le Maire, revenant sur le bouclier tarifaire en place en France sur les prix de l’énergie pour les particuliers, a en effet demandé à ces derniers de « faire un effort ».

Le bouclier tarifaire va coûter plus de 20 milliards d’euros

Le bouclier tarifaire annoncé par le gouvernement français va coûter beaucoup plus cher que prévu. Il faut dire que le gouvernement avait anticipé une hausse des prix de l’énergie liée à la fin de la crise de la Covid-19… mais n’avait pas prévu, dans ses calculs, que la Russie allait attaquer l’Ukraine et encore moins que l’Occident allait faire front uni contre Moscou et annoncer des sanctions historiques à foison.

Or, alors que cette instabilité politique a fait exploser les prix de l’énergie en Bourse, en France ils sont gelés : depuis octobre 2021 les tarifs réglementés du gaz pratiqués par Engie (et donc les tarifs des contrats indexés des autres fournisseurs) n’évoluent plus, tandis que le prix de l’électricité est gelé jusqu’à fin juin 2022, et potentiellement jusqu’à la fin de l’année.

Résultat : la facture explose pour l’État, qui doit compenser. Bruno Le Maire a annoncé 10 milliards d’euros pour le gaz (contre 1,2 milliard prévus), 8 milliards pour l’électricité et 4 milliards pour le chèque énergie. « La facture totale s’élève à plus de 20 milliards d'euros sur la seule protection de nos compatriotes contre la flambée des prix de l’énergie. »

Des prix rarement vus pour gaz et pétrole

Ce sont surtout les énergies fossiles qui voient les prix exploser en Bourse… et pour cause : la dépendance de l’Union européenne envers le gaz russe est majeure et représente près de 43 % de l’ensemble des importations. Quant au pétrole, la Russie est le deuxième producteur mondial ; et si ni gaz ni pétrole ne subissent de sanctions, cela pourrait changer.

Résultat : le 6 mars 2022 le prix du baril de pétrole a frôlé les 140 dollars, au plus haut depuis 2008, et s’échange à plus de 126 dollars le 8 mars 2022, soit 40 dollars de plus qu’en début d’année. Quant au gaz, le TTF néerlandais coûtait, au 7 mars 2022, 1.306 % de plus qu’un an auparavant, et a doublé de prix sur un mois.

Les Français appelés à « faire un effort »

Dans ces conditions, et vue la facture qu’anticipe le gouvernement pour le bouclier tarifaire s’il est effectivement prolongé tout le long de l’année 2022, Bruno Le Maire demande aux Français de « faire un effort ». En somme, l’idée serait de moins consommer pour réduire la facture d’énergie… et donc réduire le surcoût pour l’État de son bouclier tarifaire.

Mais ce nouveau dogme du « consommer moins pour payer moins » ne manque pas de poser quelques problèmes : il n’est pas applicable par tous les ménages. On estime à 2,8 millions le nombre de ménages en France qui sont en « précarité énergétique », soit, selon la définition du gouvernement, « tout foyer consacrant plus de 10% de son revenu aux dépenses énergétiques, et appartenant aux 3 premiers déciles de revenus (les 30 % de Français les plus pauvres) ».

Un nombre potentiellement en hausse puisque plus le prix de l’énergie augmente, plus la facture augmente et donc plus elle pèse dans le budget du ménage. Le Médiateur de l’énergie l’a même remarqué dès 2021, avec une hausse de 17 % du nombre de factures d’énergie impayées par rapport à 2019.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Laisser un commentaire

* Champs requis