Près de 6 apprentis du BTP sur 10 prêts à changer de région pour trouver du travail

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Tugdual de Dieuleveult Modifié le 4 septembre 2013 à 16h07

Qui a dit que les jeunes n'étaient pas motivés ? Près de six apprentis du BTP sur dix (57%) se disent prêts à changer de région pour trouver du travail, et près de la moitié (46,5%) seraient même disposés à partir à l'étranger, selon un baromètre du réseau de l'apprentissage dans le BTP publié mercredi.

Pas facile de trouver un maître d'apprentissage

Le CCCA-BTP, à l'origine de l'enquête - "Baromètre de la vie de l'apprenti" - réalisée auprès de 63 000 apprentis, met en lumière un "fait nouveau": la mobilité géographique apparaît désormais comme une "solution envisagée pour accroître les chances d'insertion". Les apprentis du BTP (à 97,5% de jeunes hommes) font en effet état de difficultés dans leur recherche d'un maître d'apprentissage en entreprise. Plus d'un tiers (37,8%) d'entre eux affirment ainsi que la recherche s'est avérée "difficile", une proportion qui amène le réseau de l'apprentissage dans le BTP à souligner un "durcissement dans la recherche" depuis le début de la crise. Autre fait notable: 65,3% des apprentis ont un membre de leur famille qui travaille ou a travaillé dans le bâtiment ou les travaux publics.

Des apprentis par goût personnel

Concernant leurs motivations, plus de trois quarts des interrogés affirment qu'ils se sont orientés vers l'apprentissage pour toucher un salaire. Huit sur dix habitent chez leurs parents. Deux tiers d'entre eux disent avoir choisi leur métier par goût personnel. Seuls moins de 2% disent avoir opté pour cette voie car ils n'avaient pas d'autres choix. In fine, près de neuf apprentis sur 10 déclarent que l'apprentissage "a répondu à leurs attentes".

*Pour ce "Baromètre de la vie de l'apprenti", 63 772 jeunes ont été interrogés en ligne, avec un taux de réponse de 70%. Une grande majorité (46 808) sont en CAP.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste pour RMC.fr, Tugdual de Dieuleveult a demarré sa carrière à la télévision en réalisant un documentaire pour Canal+/Lundi Investigation (Dieuleveult : enquête sur un mystère). Il s'investit dans l'ONG Solidarité Internationale et part au Darfour en 2008 pour la Journée Mondiale de l'Eau. En 2010, il rejoint l'équipage de La Boudeuse en Amazonie et participe à l'élaboration de deux documentaires diffusés sur France 5. Il se spécialise ensuite sur le web et collabore avec plusieurs rédactions dont Europe 1, Atlantico, Oh My Food et RMC depuis 2012. Il a intégré Economie Matin dès sa création.

Laisser un commentaire

* Champs requis