Entreprises : les salariés ne se sont pas jetés sur leur épargne salariale

Cropped Favicon 1.png
Par Jean-Baptiste Le Roux Modifié le 30 septembre 2013 à 7h30

L'épargne salariale semble ne plus faire recette. Du moins pour les mois de juillet et août dernier, selon une information RTL.

L'épargne salariale est un dispositif créé en 1967 par Charles de Gaulles, qui permet aux salariés de débloquer des fonds versés par leur entreprise, au titre de la participation et de l'intéressement. Une manière de les associer financièrement à la bonne marche de l'entreprise. Ils peuvent dès lors récupérer l'argent et en disposer comme bon leur semble, sachant que les fonds sont débloquables pendant une durée de six mois. Ils peuvent également se constituer une épargne avec cet argent.

L'épargne plutôt que le pouvoir d'achat

C'est cette seconde option qui aurait motivé les salariés, sur les mois de juillet et d'août dernier. Ainsi, sur les 3 milliards d'euros d'épargne salariale dont disposent les entreprises françaises cette année, seuls 600 millions auraient été retirés. Les employés auraient donc privilégiés l'épargne à la dépense. L'épargne salariale vise, de fait, à redonner un coup de pouce au pouvoir d'achat.

Débloquage exceptionnel de l'épargne salariale depuis juillet 2013

Depuis le 1er juillet dernier, les salariés sont autorisés à toucher ces sommes à hauteur de 20 000 euros. De quoi se payer une voiture neuve ou constituer un apport pour un prêt immobilier. En 2010, environ 8,8 millions de salariés du secteur marchand non agricole ont eu accès à au moins un dispositif d'épargne salariale.

Au 30 juin 2012, les actifs gérés en épargne salariale s'élevaient à 89,2 milliards d'euros. Des sommes intéressantes quant il s'agit de favoriser l'épargne collective, ou bien d'agir sur le développement des investissements en entreprise.

Cropped Favicon 1.png

Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame où il anime des matinales et l'émission Parole d'Evêque. Il a travaillé pour Jalons, Causeur et Valeurs Actuelles avec Basile de Koch avant de rejoindre Economie Matin, à sa création, en mai 2012. Il est diplômé de l'Institut européen de journalisme et membre de l'Association des Journalistes de Défense. 

Laisser un commentaire

* Champs requis