Europe : les frais d’itinérance pourraient être maintenus jusqu’en 2018

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Laure De Charette Modifié le 29 janvier 2015 à 17h44
Shutterstock 214759897
0,20 EURODepuis 2014, l'eurotarif plafonne les prix à 0,20 euro le mégaoctet, 0,19 euro l'appel (émis) et 0,06 euro le SMS.

Un rétro-pédalage, qui va nous coûter cher. Alors que les frais d’itinérance facturés par les opérateurs mobiles aux clients voyageant au sein de l’Union Européenne devaient disparaître purement et simplement fin 2015, le Conseil européen veut les maintenir jusqu'en 2018.

Un lobbying intense des opérateurs mobiles

Le surcoût que vous payez quand vous appelez ou êtes appelé depuis l’étranger devrait donc se maintenir encore trois ans. Car sous l’impulsion de la Lettonie, le Conseil européen a décidé de revenir sur l'abolition de ces frais d'itinérance sur le territoire européen, prévue au 15 décembre 2015.

Le comble, c'est qu'elle avait été adoptée par une très large majorité au Parlement européen en avril dernier !

Il faut croire que le lobbying des opérateurs mobiles a marché. Il faut dire que les frais de roaming leur rapportent en moyenne 4 milliards d'euros par an...

A quand une Europe des télécommunications ?

A la place donc, il serait question de créer un quota de roaming au tarif local pour appeler et surfer depuis son smartphone. Reste à déterminer le montant de cette sorte de forfait, au-delà duquel les opérateurs seraient libres de facturer plus cher aux consommateurs leurs communications.

Cette proposition doit être examinée par les 28 pays de l'Union la semaine prochaine.

Le vice-président de la Commission, l'Estonien Andrus Ansip, expliquait pourtant lors des débats qu’"on ne peut pas avoir un marché unique du numérique si les consommateurs paient dix fois plus cher leur consommation d'Internet quand ils passent une frontière européenne".

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.

Laisser un commentaire

* Champs requis