Europe : récession, dégradation… liquidation ? (2/2)

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Charles Sannat Modifié le 17 juillet 2012 à 15h05

Pour lire le début de l'article, cliquez-ici

L’Italie dégradée.

Moody’s a fait perdre deux rangs de notation à l’Italie en fin de semaine dernière. Ce que les marchés ont pris pour une excellente nouvelle qui va forcer les européens à intervenir plus massivement avec l’arme absolue de la planche à billets. Génial. L’Italie est en récession, et sa population en pleine dépression. De plus en plus de voix s’élèvent pour demander un assouplissement de la rigueur. De toute façon, la politique d’austérité de Mario Monti démocratiquement désigné d’office par les autres gouvernements européens ne sera pas tenable encore bien longtemps.

L’Italie, d’abord sonnée, est en train progressivement de se réveiller socialement. Il ne faut pas exclure que le gouvernement Monti tombe et laisse sa place. De là à imaginer le retour de Berlusconi… il y a un pas que je ne franchirai pas (mais je vous le dis quand même !!).

Des doutes sur la croissance mondiale.

Vous remarquerez la sobriété du titre pour préparer les esprits. On ne dit pas la croissance mondiale s’effondre, d’ailleurs c’est la misère et on va tous mourir. Non on dit, des doutes sur la croissance. Il faut bien sûr traduire : on va tous mourir. Enfin les autres, nous on a la potion magique à base d’or.

Donc oui, l’Europe est en récession. Premier moteur éteint.

L’Amérique du Nord avec les USA en tête ne vont pas fort du tout et encore c’est en injectant des milliers de milliards d’euros (unité de mesure le trilliard). Deuxième moteur éteint.

Les émergeants semblent vouloir repartir en plongée profonde. Troisième moteur éteint.

La Chine parle de plus en plus ouvertement d’une situation économique difficile. Quatrième moteur éteint.

Conclusion? Crash du quadri réacteur économie mondiale inéluctable. L’économie mondiale n’est pas un planeur, et le concept des atterrissages en douceur ce n’est que pour nous faire croire que … tout va bien !

Vers une saison des résultats décevante.

Une baisse des résultats des entreprises chinoises avec des disparités entre les secteurs se fait sentir. Ces différences sont d’ailleurs parfaitement compréhensibles. Après les profits warning de Danone ou encore Procter & Gamble, les choses devraient s’accélérer et les annonces d’avertissements sur bénéfices s’enchainer.

Si une récession forte est en partie intégrée dans les cours de bourse en Europe, il n’en est presque rien aux USA, ou en plus l’appréciation du dollar renforce en réalité la hausse des indices américains si on exprimait ces derniers en euros.

Le retour des inquiétudes concernant les Etats-Unis.

Relèvement du plafond de la dette, « falaise » fiscale comme ils disent aux USA, avec augmentation massive des impôts après les élections présidentielles, réductions des dépenses de l’état, croissance en berne… bref l’économie américaine continuera au mieux à patiner, au pire à s’enfoncer. Tout dépend de comment on lit les statistiques.

Voilà où nous en sommes, mais puisqu’on vous dit que tout va bien !

Bon je vous laisse, je vais manger des huitres, au sens des règles communautaires de Bruxelles je prends un risque inconsidéré, mais ici les huitres c’est une institution, et puis ce sont les souris qui sont tuées par les huitres… nous on est des pigeons…

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Charles SANNAT est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Economique d'AuCoffre.com en 2011. Il rédige quotidiennement Insolentiae, son nouveau blog disponible à l'adresse http://insolentiae.com Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.