Coronavirus : salons et foires professionnels autorisés à reprendre 1er septembre

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Ludivine Canard Modifié le 29 juillet 2020 à 6h08
Salon Exposant Identite Visuelle
15 MILLIARDS €Les pertes suite à l'arrêt de l'activité événementielle sont évalués à quelques 15 milliards d'euros.

Alors que le ministre de la Santé, Olivier Véran, menace de fermer à nouveau les bars face à l’apparition de nouveaux signes d'épidémie, le ministre délégué au Commerce extérieur et à l'attractivité, Franck Riester, a autorisé les salons et foires à rouvrir à la rentrée ;mais sous certaines conditions.

Évènementiel : des pertes économiques importantes pour le secteur

Après les restaurants, les commerces, les salles de cinéma et de sports, c’est au tour des foires, salons et congrès de rouvrir leurs portes. Le ministre délégué au Commerce extérieur et à l'attractivité auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, Franck Riester, a annoncé lundi 27 juillet 2020 que les foires, salons professionnels et congrès, annulés ou reportés en raison de la pandémie de Covid-19, pourront reprendre à partir du 1er septembre 2020 sans jauge limite, dans le respect des mesures sanitaires et sous réserve de l’accord du préfet.

« C'est un secteur d'activité essentiel à la relance (...) Pour qu'elle porte un maximum de fruits, la relance doit pouvoir être une relance de commerce extérieur et d'activité à l'international », a précisé le ministre lors de sa rencontre avec les acteurs du secteur, le lundi 27 juillet 2020. Selon lui, l'activité de ces foires et salons professionnels génère 34,5 milliards d'euros directs et indirects par an. En juin 2020, le secteur de l’évènementiel avait annoncé que les 4.500 événements supprimés et les 3.000 repoussés avaient déjà causés 15 milliards d'euros de perte de chiffre d’affaires.

Foires, salons, congrès : pas de réouverture en cas seconde vague

Dans un communiqué, l’Union française des métiers de l’événement (Unimev), se félicite de cette décision et se dit prête à se « conformer à ces recommandations afin de protéger tous les publics (clients, salariés, fournisseurs, etc.) et à respecter toutes les mesures complémentaires qui auront été décidées par les autorités, comme le port du masque, obligatoire, dans les lieux clos ».

Lors de sa rencontre avec les professionnels, l’ancien ministre de la Culture a également évoqué « des mesures spécifiques d'accompagnement de ce secteur dans le plan de relance, notamment le dispositif qui vise à identifier, convaincre des professionnels de venir ». Mais Frank Riester se veut toutefois prudent. Alors que la menace d’une nouvelle vague épidémie se précise, il souligne que « Bien évidemment, cela évoluera peut-être en fonction de l'évolution de l'épidémie ».

La plupart des secteurs ont pu reprendre leurs activités à l’exception des discothèques, qui restent fermées jusqu’à nouvel ordre.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Ludivine Canard est étudiante en école de journalisme à Paris. Elle a été stagiaire pour le Figaro économie et planet.fr. Suivez-la sur Twitter : @CanardLudivine 

Laisser un commentaire

* Champs requis