La Banque Fédérale américaine continuera contre toute attente à acheter massivement de la dette… américaine

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Laure De Charette Modifié le 19 septembre 2013 à 2h33

Surprise, la Fed a renoncé hier soir à réduire ses achats de bons du Trésor. Pourquoi est-ce étonnant ? Parce que depuis le mois de février, des rumeurs circulent sur le fait que la Fed hésite à continuer d'acheter à tour de bras des bons du Trésor américain, comme elle le fait depuis 2008 pour soutenir l'économie américaine en pleine crise.

Des milliards de dollars injectés chaque mois par la Banque Fédérale

Chaque mois, la Fed achète pour 85 milliards de dollars d'actifs financiers. Les experts pensaient qu'elle allait ralentir, en n'achetant « plus » que pour 70 à 75 milliards d'actifs. Que nenni ! La Banque Fédérale va continuer à injecter massivement des liquidités. Et pour cause : elle dispose d'un pactole de 3 500 milliards de dollars.

Et pourquoi Ben Bernanke, le patron de la Fed, a-t-il finalement décidé de continuer à le faire ? Parce qu'il faut bien soutenir, encore, l'économie américaine, le chômage restant à un niveau élevé et la croissance restant fragile (2% prévu en 2013)... Pas vraiment une bonne nouvelle donc, car cela signifie que la crise n'est pas terminée, et que les mesures exceptionnelles mises en place sont toujours d'actualité cinq ans après...

Les Etats-Unis sont le pays où la banque centrale soutient le plus l'économie. Grâce à ses rachats, les taux d'intérêt restent extrêmement bas, si bien que les Américains peuvent continuer à consommer en achetant notamment des logements et des voitures à crédit.

L'économie américaine sous perfusion géante

Comme nous l'expliquons ici, cette méthode, baptisée le Quantitative Easing, est une politique monétaire non-conventionnelle ayant pour objectif de stimuler l'économie, en injectant des liquidités via un programme de rachat de dettes. Bien que ce type de politique semble se rapprocher d'une bonne vieille planche à billets, il y a tout de même une différence importante : lorsque les dettes rachetées par la Banque Centrale arrivent à maturité (ou bien une fois la fin du Quantitative Easing votée), l'argent créé initialement (injecté) est détruit (réabsorbé).

L'une des grandes questions actuelles est de savoir à quel moment le Quantitative Easing américain va s'arrêter ? Quand la FED va-t-elle débrancher la perfusion géante qui alimente l'économie américaine (et réabsorber l'excès de liquidités) ?

Pour l'heure, l'annonce de la poursuite de cette politique accommodante, quoique artificielle, réjouit les investisseurs. Hier soir, Wall Street a battu des records historiques dans la foulée de l'annonce.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.

Aucun commentaire à «La Banque Fédérale américaine continuera contre toute attente à acheter massivement de la dette… américaine»

Laisser un commentaire

* Champs requis