Chine, or, FMI : le choc monétaire de 2015 ?

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Matt Insley Publié le 25 juin 2015 à 5h00
Crise Fmi Chine Masse Monetaire Yen
128 000 milliardsLa masse monétaire de la Chine représente 128 000 milliards de yens.

En 2014 deux grands mouvements macro ont eu un effet important sur le dollar américain et le secteur des ressources.

D’abord l’euro a fortement chuté. La Zone euro ayant du mal à se relever de la crise de 2008, la Banque centrale européenne a commencé à imprimer de la monnaie. Année après année, l’euro a chuté de plus de 15%. Pour une monnaie, c’est là un GRAND mouvement. Le second grand mouvement macro a été la forte chute des prix du pétrole. Avec l’OPEP qui est rentrée dans un scénario de guerre du pétrole, les robinets saoudiens ont été grands ouverts et le prix du pétrole a chuté de plus de 50%. C’est là un mouvement inimaginable pour le pétrole. En 2015, un grand mouvement macro est en marche — et je vous conseille de vous y préparer… Je parle de la grande histoire entre la Chine et le FMI. Mais auparavant, revenons un peu sur les bases de cette énorme histoire actuellement en cours.

Une nouvelle "devise" de réserve mondiale ?

L’économie chinoise traverse quelques passes difficiles. Pendant des années, les Chinois ont eu pour objectif que leur monnaie fasse partie de l’équation mondiale. Au lieu d’être une économie d’exportation avec une monnaie bon marché, les Chinois cherchent à devenir une économie de consommation intérieure avec une monnaie à la juste valeur.

Ce n’est pas une tâche facile. Une étape clé de ce processus est liée au Fonds monétaire international (FMI.) Ce club des pays développés est de facto l’autorité sur les marchés monétaires mondiaux. De même que le dollar américain est considéré comme la monnaie de réserve mondiale, c’est bien le FMI qui établit les règles du jeu mondial des monnaies.

Et c’est le FMI qui a créé l’idée des Droits de tirage spéciaux ou DTS. Les DTS ont été créés par le FMI en 1969 pour soutenir le régime de changes fixes du système de Bretton Woods. Tout pays qui participait à ce système avait besoin de réserves officielles, sous forme d’or et de devises étrangères largement acceptées, détenues par les Etats ou les banques centrales. Ces réserves pouvaient être utilisées pour acheter la devise du pays sur les marchés de change étrangers, en fonction des besoins pour maintenir son taux de change.

Mais l’offre internationale de deux actifs de réserve clés — l’or et le dollar américain — n’a pas été suffisante pour soutenir l’expansion du commerce mondial et du développement financier. Par conséquent, la communauté internationale décida de créer un nouvel actif de réserve international sous les auspices du FMI. Donc, si l’on suit bien, le dollar américain est la réserve de monnaie mondiale. Mais via le FMI, il existe également un panier secondaire de devises comprises dans les DTS. Parmi ces monnaies se trouvent l’euro, le yen, la livre et le dollar américain.

Ce petit rappel historique ayant été établi, voyons ce que cela implique pour 2015… Depuis la fin de la Route de la Soie, les Chinois se sont retrouvés dans une situation de simples observateurs. Le yuan ne fait pas partie des préoccupations monétaires des pays développés. Mais cette année, cela pourrait changer. La Chine exerce une forte pression pour être incluse dans le panier de devises du FMI. Beaucoup de gens plus intelligents que moi pensent que cela va se produire lors de la réunion du FMI, en octobre prochain…

"Pour la première fois, la Chine a une réelle chance d’obtenir du FMI la reconnaissance du yuan comme monnaie de réserve mondiale au même titre que le dollar et l’euro", rapporte Bloomberg. Cette information est régulièrement relayée par les médias grand public comme CNBC… En plus de cela, les Chinois s’organisent depuis longtemps (et ont stocké de l’or) pour que ce grand mouvement monétaire ait lieu. Je suis cette affaire depuis 2011. Et depuis ce temps-là, j’ai toujours dit que 2015 est l’année où cela arrivera.

Ce qui nous amène à la situation actuelle

?Il y a quelques semaines, je me trouvais à Washington, furetant autour du bâtiment du FMI. Je n’ai vu aucune mallette remplie de yuans au bord du trottoir. Ni un nombre remarquable de Chinois — ils étaient néanmoins peut-être bien camouflés. Plus sérieusement, cette interaction entre la Chine et le FMI est l’événement le plus important de l’année, et l’histoire n’est pas près de s’arrêter là. Parier donc là-dessus assez tôt pourrait rapporter gros. Mais cela soulève la question : comment cela va-t-il se passer ?

Eh bien, malheureusement pour les Chinois, je pense que ce sera une situation perdant/perdant. Pendant de nombreuses années, les Chinois ont pu jouer avec leur monnaie et s’assurer que la balance penchait toujours en leur faveur. Rien qu’au cours des 10 dernières années, ils ont fait marcher la planche à billets avec excès … Ainsi, la masse monétaire chinoise (M2) est passée d’environ 26 000 milliards de yuan à plus de 128 000 milliards de yuan — soit près du quintuple en seulement 10 ans ! Et vous pensiez que la Fed imprimait trop ? Durant le même laps de temps (2005-2015) la masse monétaire des Etats-Unis (M2) n’a même pas doublé.

Prudence, prudence

Dans un monde où une monnaie bon marché peut faire pencher la balance en votre faveur, la Chine a imprimé sans relâche. Que se passera-t-il en cas d’accord avec le FMI ? Ce ne sera plus possible. Si le yuan entre dans les DTS, je suis certain qu’une partie de l’accord exigera un resserrement de la politique monétaire de la Chine. Cela pourrait représenter de TRES mauvaises nouvelles pour l’économie sur-inflationniste de la Chine. Même si le yuan n’entre pas dans les DTS, je pense que cette situation pourrait être catastrophique pour les Chinois.

Franchement, avec tout le foin que soulève cette histoire, même si la Chine ne reçoit pas l’accord du FMI, je parie que nous verrons une sorte de feuille de route grâce à laquelle le pays pourrait être accepté s’il obéit à certaines restrictions monétaires. Cette feuille de route pourrait être tout aussi fatale pour l’économie chinoise. Pour résumer, au cours des cinq prochains mois, je pense que nous allons voir une forte pression sur l’économie chinoise — ce qui signifie que la bulle boursière chinoise pourrait bien éclater. Mon conseil : évitez les actions chinoises. Et s’il vous prend la fantaisie de vous y aventurer, débrouillez-vous pour jouer la baisse…

Pour plus d’analyses de ce genre et de conseils pour votre argent, c’est ici et c’est gratuit

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Diplômé de l’université du Maryland avec une double spécialisation en économie et en gestion, Matt Insley travaille aux Publications Agora en tant que spécialiste des matières premières et ressources naturelles. Il se distingue par ses analyses à long terme du marché des matières premières et des métaux précieux, ainsi que sa capacité à sélectionner les meilleures compagnies pour en bénéficier.

Aucun commentaire à «Chine, or, FMI : le choc monétaire de 2015 ?»

Laisser un commentaire

* Champs requis