Priver les partis politiques de financements publics ? Chiche !

Photo Jean Baptiste Giraud
Par Jean-Baptiste Giraud Publié le 30 mai 2014 à 10h28

17 %. Le chiffre est sans appel : Seuls 17 % des Français interrogés dans un sondage Ifop pour Les enquêtes du contribuable sont favorables au financement des partis politiques par l'Etat. 83 % souhaitent que les partis politiques se financent uniquement par les dons et cotisations de leurs adhérents ! A l'heure des nouveaux scandales frappant l'UMP, scandales qui n'ont pas épargné non plus plusieurs sections départementales du Parti Socialiste, la question du financement des partis politiques et de la transparence de leur fonctionnement est à nouveau posée.

Rappelons que tous les partis politiques ayant présenté des candidats aux élections législatives accèdent à une dotation d'Etat annuelle, pendant toute la durée de la mandature. 32 millions d'euros sont répartis tous les ans entre les partis politiques éligibles au système (52 tout de même). A la louche, une voix rapporte 1,70 euro par an au parti qui le présente. 38 millions le sont en fonction du nombre d'élus au Parlement (Assemblée Nationale et Sénat).

Et là, je dis déjà stop : Vous avez bien lu : 52 partis politiques sont financés par une dotation d'Etat. Connaissez-vous par exemple "le Trèfle - les nouveaux écologistes - Homme Nature animaux " ? Pourtant, ce machin touche 143 000 euros par an de l'Etat. Certes, c'est peu comparé aux 28,5 millions d'euros touchés par le PS, les près de 20 millions de l'UMP ou les 5,5 millions qui arrivent dans les caisses du FN. Dans la liste des partis qui accédent aux financements publics, on trouve également une trentaine de micro-partis d'outre-mer, dont les dotations oscillent entre 273 000 euros et... 556 par an. Mais est-ce bien le rôle de l'Etat de distribuer de l'argent public - dont, le fruit de la collecte des impôts auprès de l'ensemble des citoyens - à un nombre limité de partis politiques, ou à des partis politiques fantoches ?

Non, bien sûr, non. C'est le sens du résultat du sondage de l'IFOP pour Les Enquêtes du contribuable : moins d'un français sur deux est favorable au financement public des partis politiques qui, à bien y réfléchir, est fonciérement anti-démocratique. Ainsi, pourquoi le Parti Socialiste toucherait-il encore 28,5 millions d'euros par an tous les ans jusqu'aux prochaines élections législatives, alors même qu'il est largement désavoué par les derniers résultats électoraux ? On comprend aisément que le gouvernement en place, issu, conformément aux institutions de la Vème République, de la majorité à l'Assemblée nationale, ait tout à perdre en cas de dissolution. Non seulement, des sièges, par dizaines voire par centaines, mais aussi, on pourrait même dire surtout, des financements publics ! Un PS dont la masse salariale atteint 21 mllions d'euros par an, pour 28,5 millions d'euros de financements publics, battu aux législatives, devrait licencier... Lire la suite de l'article ici.

Photo Jean Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+, Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. Il a également été éditorialiste économique sur Sud Radio de 2016 à 2018. Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).

Laisser un commentaire

* Champs requis