Pour près de 80 % des parents, les études secondaires coûtent trop cher

Cropped Favicon 1.png
Par Jean-Baptiste Le Roux Modifié le 16 juillet 2015 à 10h28
France Cout Etudes Secondaires Parents Etudiants
57 %57 % des parents français estiment que le retour sur investissement des études secondaires de leurs enfants est inexistant.

La période du bac est terminée, et nombre d'étudiants savent déjà ce qu'il feront l'an prochain. Alors que leurs parents se demandent encore comment financer ces études secondaires, comme l'explique une étude Ipsos menée pour la banque HSBC dans 16 pays du monde.

Les études secondaires trop chères pour les parents français

Car selon cette étude, près de 80 % des parents français jugent les études secondaires de leurs chers enfants, trop onéreuses. Pour autant, à l'inverse de la tendance qui se dégage dans les autres pays à l'étude, les parents français ne souhaitent pas mettre leurs enfants à contribution pour financer ce type d'études. Cela dit, ils ne seraient que 33 % à s'inquiéter du financement des études secondaires, trois ans avant.

Etudes secondaires : pas de retour sur investissement

Mais ce n'est pas tout. 57 % des parents de France jugent que le retour sur investissement des études secondaires de leurs enfants n'offre pas l'effet escompté. Contre 42 % pour le reste du monde. Chômage, difficulté à trouver un emploi, salaires peu élevés sont tout autant de raisons qui laissent perplexes les parents français quant au coût de ces études. A quoi bon se saigner si un enfant n'arrive pas à percer le marché du travail ?

Une opinion qui ne semble pas partagée par les parents dans les autres pays étudiés. Ainsi, dans les quinze autres pays, 58 % des parents en moyenne estiment que les études de leur progéniture restent le meilleur investissement possible. Une opinion partagée seulement par 36 % des parents en France...

Cropped Favicon 1.png

Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame où il anime des matinales et l'émission Parole d'Evêque. Il a travaillé pour Jalons, Causeur et Valeurs Actuelles avec Basile de Koch avant de rejoindre Economie Matin, à sa création, en mai 2012. Il est diplômé de l'Institut européen de journalisme et membre de l'Association des Journalistes de Défense. 

Laisser un commentaire

* Champs requis